Érasme : Grandeur et décadence d’une idée PDF

Érasme : Grandeur et décadence d’une idée PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Desiderius Erasmus, peinture de Hans Holbein le Jeune. Les érasme : Grandeur et décadence d’une idée PDF de famille, à l’époque, n’étaient pas forcément stabilisés.


D’Érasme de Rotterdam (1467-1536), on ne connaît plus guère que ses portraits peints par Holbein, Dürer, Quentin Metsys, son ami, et une oeuvre, Éloge de la folie, associée à un mot : l’humanisme.De cette figure marquante de la Renaissance, Stefan Zweig nous donne un portrait qui lui restitue toute sa dimension. Grand voyageur, Érasme fut le premier penseur à se définir comme Européen. À l’affût des différents savoirs, passionné d’imprimerie, il prôna l’accès de tous à la culture et à la connaissance. Réformateur audacieux, mais épris de tolérance et de dialogue, il dénonça tous les fanatismes, chercha à conjurer la rupture religieuse qui allait ensanglanter l’Europe. Il fut le premier intellectuel au sens moderne, père spirituel de Spinoza ou de Voltaire. Publié en 1935, cet essai reflétait les préoccupations de l’écrivain autrichien, dans une Europe en proie aux totalitarismes et bientôt à la guerre. Il n’a rien perdu de son actualité.

1466 ou 1467 ou 1469, selon les biographes, à Rotterdam. Il est le fils illégitime d’un prêtre et d’une fille de médecin. Bien qu’il soit né à Rotterdam, sa famille était sans doute plutôt de Gouda. En 1488, il prononce ses vœux chez les chanoines réguliers de saint Augustin à Steyn. Ordonné prêtre le 25 avril 1492, il obtient, par la même occasion, une dispense de cours.

Entre 1499 et 1514, Érasme parcourt l’Europe. En 1499, il séjourne pour la première fois en Angleterre, où il fait la connaissance de John Colet, chanoine de Saint-Paul, et de Thomas More, autre humaniste. Il se rend de nouveau en Angleterre entre 1505 et 1506. Entre mai et octobre 1521, Érasme passe cinq mois à Anderlecht chez son ami le chanoine Pierre Wichmans, dans ce qui est aujourd’hui la maison d’Érasme. Pietro Bembo, qui figent la langue et refusent d’user d’un vocabulaire autre que celui de Cicéron pour décrire les réalités modernes. Il meurt le 12 juillet 1536 à Bâle. Chanoine régulier et prêtre hollandais, il améliore sa formation à Paris, puis auprès des humanistes anglais.

Comments are closed.