Agriculture et paysage: Aménager autrement les territoires ruraux PDF

Agriculture et paysage: Aménager autrement les territoires ruraux PDF

Un boisement de faible étendue est dit bois, boqueteau ou bosquet selon son importance. Elle abrite une grande richesse écologique. L’action de l’Homme dans plusieurs régions du monde agriculture et paysage: Aménager autrement les territoires ruraux PDF à une destruction ou une surexploitation des forêts.


L’intérêt croissant porté aux paysages constitue une nouvelle avenue pour le développement des territoires ruraux. Largement créés par l’agriculture, les paysages ruraux sont cependant marqués par une uniformisation, souvent interprétée comme une dégradation. Comment aider à façonner l’avenir de ces paysages afin qu’ils deviennent un moteur de nouvelles dynamiques de développement rural?

En faisant appel à des chercheurs d’un ensemble de disciplines complémentaires (aménagement, écologie, agronomie, économie) et à des professionnels porteurs d’initiatives nouvelles sur le terrain, ce livre apporte une lecture inédite dans un domaine de recherche d’une importance considérable pour l’avenir.

En boisements plus ouverts, la strate herbacée, plus éclairée, s’exprime plus densément. Forêt tropicale sur l’île de Bali. L’origine du mot forêt est complexe. Le mécanisme de cette substitution semble passer par les rois mérovingiens puis carolingiens, sous lesquels le terme de bas latin foresta désignait un territoire à part, dont la jouissance était réservée au roi. Forêt  :  Nos premiers rois avaient des domaines particuliers, appelés villa regia, ou foreste dominicum, qu’ils faisaient administrer par des officiers désignés sous le nom de juges, auxquels ils recommandaient particulièrement la conservation de leurs forestae, mot générique qui comprenait alors les étangs royaux pour le poisson, en même temps que le bois pour le pâturage. On pouvait par exemple parler, sous Charles-le-Chauve, de la foresta des pêches de la Seine. L’origine de foresta est plus controversée.

Bien que favorisée par les ouvrages étymologiques français, aucune forme intermédiaire permettant d’appuyer cette hypothèse n’est cependant donnée. Ce mot figure souvent dans les chartes capétiennes pour désigner des petites zones boisées. Salluste utilisait le terme saltuosus pour désigner un espace boisé. Il peut désigner le bois, la forêt ou le bocage. Le terme bois apparaît sous la forme latinisée boscus en latin médiéval en 704 et en français vers 1100 sous sa forme actuelle. Contrairement au mot forêt, il est sans connotation juridique.

Comments are closed.