Algérie : combat pour la dignité : L’avocat des Droits de l’Homme témoigne PDF

Algérie : combat pour la dignité : L’avocat des Droits de l’Homme témoigne PDF

Ce qui devait être fait l’a été Le 4 mai il a été sanctionné. Mais ce que je sais, c’est que, le lendemain, dès qu’ils l’algérie : combat pour la dignité : L’avocat des Droits de l’Homme témoigne PDF su, mes collaborateurs à l’Elysée ont pris une sanction. Benalla n’a PAS été sanctionné en mai.


 » Pour comprendre les Droits de l’Homme en Algérie, il faut les situer dans le temps, expliquer tout le poids du passé et notamment la période coloniale française, durant laquelle le peuple algérien a été privé de son identité, de sa liberté. Etre indigène en Algérie était un délit sanctionné par une répression allant du code de l’indigénat à un statut octroyé. Les Algériens étaient liés à la société coloniale par les devoirs, y compris l’impôt du sang et non pas par les droits… L’indépendance du pays en 1962 a engendré des dirigeants qui ont confondu Etat, nation, peuple, socialisme et capitalisme d’Etat, socialisme national et national-socialisme, droit du peuple à disposer de lui-même et droit de l’Etat à disposer du peuple. Le régime politique qui devait libérer les hommes, après avoir libéré le peuple, leur garantir la liberté, la justice et les droits, a anesthésié la volonté populaire, étouffé toute vie politique démocratique, confisqué le pouvoir. Quatre voies sont laissées à ceux qui défendent la démocratie et les Droits de l’Homme : le silence, l’exil, la vie clandestine et la répression, qui visent non pas à résoudre les problèmes mais à éliminer ceux qui les posent.  » Extrait du discours de Maître Ali Yahia Abdennour cul congrès de la Ligue des Droits de l’Homme, 22-23 09 2005, Alger.  » Le concept de dignité humaine est la clef de voûte de la société et son contraire est l’humiliation. Lorsque l’homme est humilié, il oublie qu’il est habité par la vie et la risque. Que se redresse l’homme humilié ! C’est pour la dignité humaine et le respect de la mémoire de tous ceux qui se sont sacrifiés pour elle et ne seront jamais oubliés, qu’il faut lutter.  » Extrait de l’avant-propos de l’auteur.

La France est confrontée à des menaces sérieuses et a priori durables. En plus de faire face à une profonde recomposition politique, elle doit s’atteler à combattre des individus prêts à pourfendre notre modèle à coups de marteau et autres outils de bricolage. Que nous propose le nouveau gouvernement de notre christique sauveur, Louis Napoléon Macron ? Voyons de plus près de quel bois, ou plutôt de quel acier sera faite notre boîte à outils législative qui, on ne peut en douter, effrayera à coup sûr l’ennemi.

Assignations à résidence, perquisitions administratives, fermetures de lieux de culte, zones de protection et de sécurité, toutes ces mesures ô combien efficaces de l’état d’urgence constituent l’armature de cette nouvelle mouture antiterroriste. Bien entendu, si l’on n’a rien à se reprocher, on n’ira pas nous chercher des noises. D’ailleurs, comme le rappelle Le Monde, ces mesures d’exception visant à être banalisées ne concernent que les terroristes ! Pas de doute, les dérives du passé ne seront plus.

Aucun militant écologiste ne sera assigné à résidence, aucun manifestant ne sera interdit de défiler, aucun exilé ne sera injustement privé de liberté. Pour autant, nous direz-vous, nous sommes un peu pointilleux ou à défaut tatillons. Imaginez donc que sur la foi de quelques informations glanées par nos services de renseignement, on pourra venir perquisitionner votre domicile sans qu’un juge ne l’ait décidé au préalable. Et si on ne trouve rien ?

Fort dommage pour l’individu qui devra à coup sûr retourner à Leroy-Merlin s’acheter une nouvelle porte. On retrouve curieusement ici l’idée de bricoler. Mais ne vous en faites pas ! Vous pourrez toujours toquer à la porte de ce fameux juge administratif lorsqu’on aura fracassé la vôtre. Peut-être obtiendrez-vous un dédommagement en compensation du zèle policier. Mais, à votre voisin de palier, comment vous justifiez-vous ?

Comments are closed.