Balades nature dans le Parc naturel régional du Verdon PDF

Balades nature dans le Parc naturel régional du Verdon PDF

Cet balades nature dans le Parc naturel régional du Verdon PDF est une ébauche concernant les réserves naturelles et autres zones protégées, la Manche et le Calvados. Le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin est un parc naturel régional français, situé en Normandie. Il est actuellement présidé par Marc Lefèvre et est composé de 150 communes.


Le temps d’une journée, partez à la découverte de la nature dans le Verdon. 15 balades et excursions avec des cartes IGN. Les plus beaux sites du Parc naturel du Verdon présentés par un naturaliste passionné. Un guide pour identifier et mieux connaître les animaux de la région.

Une des plus petites, mais également une des plus anciennes réserves naturelles de France. Dans les marais intérieurs, on retrouve les vallées de l’Aure, l’Ay, la Douve, la Taute, la Vire, ainsi que les marais de la côte Est abritent une grande diversité d’habitats naturels. Sur le littoral, le paysage du Parc est constitué de dunes, prés-salés, estuaires. Les landes sont installées sur un plateau de grès et de placages de sables, très peu fertiles. Elles se caractérisent par une végétation fruste, le plus souvent rase.

C’est à la fin de l’été, avec la floraison des bruyères et des ajoncs, que ce paysage est le plus spectaculaire. La grande majorité de ces landes se développe en sous-bois ou dans les clairières des forêts de Pins maritimes. Il y a quelque 8 000 ans, les marais du Cotentin et du Bessin formaient de profondes vallées. La fonte des calottes glaciaires provoqua une remontée du niveau de la mer.

C’est de cette accumulation que sont nés les cordons dunaires à l’embouchure de la baie des Veys. 1 000 ans plus tard, à cause de ces cordons, la mer ne parvint que difficilement à pénétrer dans les marais, ce qui permit l’accumulation de dépôts tourbeux d’eau douce pendant 5 000 ans. Puis, la mer réussit de nouveau à submerger partiellement les vallées. Une sédimentation fluvio-marine, la tangue, se déposa sur la sédimentation organique antérieure, la tourbe, qu’elle fossilisa.

C’est dans ces fonds de vallées progressivement comblés que les marais sont nés. Fréquemment inondés, par les pluies hivernales trop lentement évacuées à marée basse, ils restaient souvent infranchissables. Cinq fleuves principaux alimentent les marais : d’est en ouest, l’Aure, la Vire, la Taute, la Douve et l’Ay. Ceux-ci consistaient en la construction de portes à flots et d’un réseau de fossés permettant le pâturage des bêtes. Ces portes sont actionnées par la seule force des eaux. Elles se referment à chaque marée montante et s’ouvrent à marée basse pour que l’eau douce des rivières, accumulée en amont, puisse s’évacuer. Les marais inondés au niveau de Pont-Hébert.

Comments are closed.