Bulletin du centre de recherches sur les migrations des mammiferes et des oiseaux numero 18 PDF

Bulletin du centre de recherches sur les migrations des mammiferes et des oiseaux numero 18 PDF

Depuis sa découverte en 1856, son statut a varié : un temps considéré comme une sous-espèce d’Homo sapiens et nommé en conséquence Homo sapiens neanderthalensis, il est aujourd’hui considéré comme une espèce à part entière nommée Homo neanderthalensis. Premier homme fossile identifié, contemporain bulletin du centre de recherches sur les migrations des mammiferes et des oiseaux numero 18 PDF distinct d’Homo sapiens, l’Homme de Néandertal se caractérise par sa culture matérielle appelée Moustérien. Particulièrement bien adapté à un environnement froid, l’Homme de Néandertal était physiquement plus robuste et plus trapu que l’Homo sapiens. Il avait un cerveau un peu plus volumineux en moyenne, mais avec un coefficient d’encéphalisation légèrement moindre.


Le séquençage de l’ADN nucléaire néandertalien réalisé depuis 2006 et publié à partir de 2010 a montré un  flux de gènes  ancien entre les hommes de Néandertal et les hommes modernes d’Eurasie. Photo d’une grotte dans un espace vallonné boisé sous une lumière indirecte rasante. Le vallon des Grottes Schmerling à Engis en Belgique, où furent découverts en 1829 les premiers ossements néandertaliens. Deux fossiles de Néandertaliens ont été découverts avant celui auquel on a donné ce nom. 3 dessins fins alignés verticalement d’une calotte crânienne vue de gauche, de face et de dessus. Photo en intérieur d’un squelette reconstitué en station debout sur une plaque colorée.

Par un heureux hasard, le toponyme Neandertal signifie  vallée de l’homme nouveau . La graphie française la plus courante, proposée par Henri Vallois en 1952, est Homme de Néandertal, même si l’on trouve parfois Homme de Neandertal, Homme de Néanderthal ou Homme de Neanderthal. Fuhlrott comprend rapidement l’intérêt de la découverte et se rend sur place pour tenter en vain de découvrir d’autres ossements ou des vestiges qui leur seraient associés. Malgré des différences importantes avec les os d’hommes modernes, Fuhlrott reconnait dans ses trouvailles des os humains et les soumet à Hermann Schaaffhausen pour un examen complémentaire. Il estime que les ossements datent d’une période antérieure aux Celtes et aux Germains, et sont ceux d’un individu appartenant à l’une des races sauvages du nord-ouest de l’Europe dont parlent les auteurs latins. Peu à peu les découvertes se multiplient. Homme de Néandertal une image déformée, accentuant les traits primitifs, voire simiesques.

Comments are closed.