Cap à l’Ouest ! (Westward Ho !) PDF

Cap à l’Ouest ! (Westward Ho !) PDF

Son œuvre manifeste un talent pour la narration qui s’est exprimé dans des formes variées. Kipling est resté l’un des auteurs les plus populaires de la langue anglaise. Kipling me touche personnellement, comme l’homme de cap à l’Ouest ! (Westward Ho !) PDF le plus complet que j’aie jamais connu. Par la suite, il a refusé d’être anobli.


Edité pour la première fois en 1855, le Westward ho ! Cap à l ouest ! est un peu, pour l Angleterre, l équivalent des Trois Mousquetaires d Alexandre Dumas pour la France. Même notoriété ! Cet ouvrage qui met en scène, dans le plus pur style du roman de cap et d épée, l intrépide chevalier Amyas Leigh dans d échevelées aventures commencées dans le Devon, en Angleterre, et qui vont se poursuivre, surtout, cap à l ouest ! sur les mers et les terres des Indes occidentales… pour s achever contre l invincible Armada ! Au beau temps de la très gracieuse reine Elisabeth Ire, quand les Espagnols, maîtres des Deux Mondes ou pres-que, sont devenue la proie recherchée de tous les aventuriers, soldats et marins de l Angleterre. Chasse au trésor, enlèvement, traîtres, péripéties et rebondissements multiples, on est, déjà, dans un véritable scénario hollywoodien avec cent ans d avance ! Alors ne boudez pas votre plaisir ! Cap à l ouest ! Charles Kingsley (1819-1875), né dans le Devon, fut professeur d Histoire moderne à l université de Cambridge et un prolifique auteur de romans d aventures, paradoxalement peu connus en France.

Il reste un auteur qui inspire des réactions de rejet passionnées, et sa place dans l’histoire littéraire et culturelle est loin d’être solidement établie. Cependant, à l’heure où les empires européens sont en repli, il est reconnu comme un interprète incomparable, sinon controversé, de la manière dont l’empire était vécu. Cela explique pourquoi des problèmes complexes d’identité et d’allégeance nationale marquent ses œuvres de fiction. Angleterre comme le voulait la tradition chez les Britanniques employés aux colonies. Angleterre, en l’occurrence pour se rendre à Southsea, Portsmouth, dans une famille d’accueil qui prenait en pension des enfants britanniques dont les parents résidaient en Inde. Si chaque contradiction est épinglée comme mensonge et rapportée au petit déjeuner, la vie n’est pas facile. J’ai dû subir pas mal de brimades, mais il s’agissait là de torture délibérée, appliquée religieusement et scientifiquement.

Cependant les deux enfants avaient de la famille en Angleterre dans laquelle ils pouvaient séjourner. Au printemps 1877, Alice Kipling revint d’Inde et retira les enfants de Lorne Lodge. Maintes et maintes fois par la suite, ma tante bien-aimée me demanda pourquoi je n’avais jamais raconté comment j’étais traité. Mais les enfants ne parlent pas plus que les animaux car ils acceptent ce qui leur arrive comme étant décidé de toute éternité. En janvier 1878, Kipling entra au United Services College, à Westward Ho! Devon, école fondée quelques années plus tôt afin de préparer les garçons à la carrière militaire. Au cours de cette période, Kipling tomba amoureux de Florence Garrard, copensionnaire de Trix à Southend où sa sœur était retournée.

Il prit la mer pour l’Inde le 2 septembre et débarqua à Bombay le 20 octobre 1882. Noël et une autre à Pâques. Kipling était rudement mis à contribution par le rédacteur en chef, Stephen Wheeler, mais rien ne pouvait étancher sa soif d’écrire. En 1886, il publia son premier recueil de poésies, Departmental Ditties.

Le père de Kipling y reçut la commande d’une fresque qui devait orner l’église du Christ. Les vacances à Shimla, ou toute autre station où se rendaient mes parents, étaient un mois de pur bonheur, où chaque heure dorée comptait. Le voyage commençait dans l’inconfort sur la route ou le rail. Franc-maçon, Kipling fit partie de la loge Hope and Perseverance no 782 aux Indes, reçu le 5 avril 1886. L’illustration en noir et blanc représente, sur fond de porte ouvragée, le buste de profil d’un Indien portant un turban. De retour à Lahore, Kipling publia une quarantaine de nouvelles dans la Gazette entre novembre 1886 et juin 1887.

Comments are closed.