Cultures et rapports de force entre les peuples dans l’histoire : Les Africains d’hier à aujourd’hui PDF

Cultures et rapports de force entre les peuples dans l’histoire : Les Africains d’hier à aujourd’hui PDF

Ce blog veut être celui de la liberté de la parole et de la confrontation des idées. Je me propose d’évoquer à cultures et rapports de force entre les peuples dans l’histoire : Les Africains d’hier à aujourd’hui PDF et succinctement, un fait d’actualité, une déclaration intéressante, ou un événement appelant un éclairage, une remarque.


Nous sommes à la fin du XVe siècle et le capitalisme naissant fait exploser les anciennes certitudes et traditions au profit d’une philosophie de l’action qui s’incarne dans le travail, le goût du risque contre la résignation fataliste. Le rapport s’inverse sous le signe de la responsabilité humaine : la vocation prend le dessus sur le destin. L’Afrique noire n’était pas au rendez-vous de cette prodigieuse mutation idéologique ; elle est restée attachée à l’ordre  » divin  » en développant des croyances et des pratiques sociales sous l’égide de la Providence. Dans un monde où les exigences de l’économie engagent toutes les communautés dans une compétition sans merci, il apparaît que ce choix fondamental de prescience divine a été une erreur, qui a privé le continent noir d’une conscience de soi agissante, l’ayant laissé sans défense devant les autres concurrents qui n’ont plus eu qu’à l’enfoncer en procédant tantôt par l’esclavage, tantôt par la colonisation. Voilà comment la population africaine a perdu son âme et est devenue un simple outil au service des intérêts de l’autre partie du globe. Voilà comment elle s’est installée dans une pauvreté  » stable  » contre laquelle la décolonisation reste sans effet tant que celle-ci constitue un subterfuge pour le vainqueur d’hier, qui continue de spéculer afin de conserver ses positions. L’armée dans l’espace communautaire, Négrologie tout comme le coup d’état manqué de septembre 2002 à Abidjan, sont ensemble rien de moins qu’une allégorie de cette spéculation. Je tente de les reproduire et de les interpréter.

Je m’autorise à être subjectif, anecdotique, rapide. Il est loisible de débattre à partir de ces thèmes et sujets, ou d’autres que les lecteurs peuvent choisir. Car ce blog a pour objectif d’être un lieu d’échanges. Pour avoir voulu ignorer les problèmes posés à l’Allemagne par l’immigration et l’islam, Angela Merkel a mis un genou à terre. Le choc des réalités a eu raison des illusionnistes.

Ils assuraient que l’Allemagne, hantée par son passé nazi, saurait gagner sa rédemption grâce à son ouverture à l’Autre et au vivre ensemble. Le journal Le Monde voyait en Merkel « la fierté de l’Europe ». Très vite, les regards se détournèrent des signes antisémites ou christianophobes observés chez des nouveaux hôtes. L’Autriche avait déjà confirmé la faille du jugement présidentiel, avec l’élection récente de Sebastian Kurz, issu de la droite conservatrice. Les citoyens savent discerner les dangers qu’occultent leurs dirigeants. En voulant rédimer son pays de son passé antisémite, Merkel a introduit une autre judéophobie en accueillant une civilisation conquérante.

Comments are closed.