De mon enfance à ma déportation PDF

De mon enfance à ma déportation PDF

Parler la République, mais pas seulement ! Il semble que le premier ministre soit extrêmement réservé à l’idée avancée par le président de la République devant le Congrès de rendre possible la déchéance la nationalité française pour ceux des terroristes qui seraient de mon enfance à ma déportation PDF ou tri nationaux.


Constitution pour éviter une censure du Conseil constitutionnel. On entend déjà des réserves avancées au nom des grands principes. S’agissant des personnes nées en France elle ouvrirait la voie à d’autres d’autres dégradations du  droit du sol . Le président de la République alors premier secrétaire du PS ne s’était-il pas lui-même élevé vertement contre ce projet émané de l’extrême droite et relayé par la droite ? Peu importe d’où vient une proposition si, au regard des principes et dans le contexte, elle paraît fondée, opportune et efficiente.

Et la référence au régime de Vichy qui prévoyait la déchéance de nationalité est à la fois simpliste et injurieuse. Hortefeux les femmes qui portaient le nijab ou les hommes bigames. Dans la mesure où la perte de la nationalité français ne revient pas à rendre ces personnes apatrides, je ne vois pas en quoi la France s’interdirait de retirer sa nationalité à ceux qui conchient sa culture et ses institutions, qui lui mènent un combat, non pas seulement sur ses valeurs, mais sur ses fondamentaux comme la séparation des Eglises et de l’Etat en voulant instaurer un Etat religieux et un mode vie monolithe. Où est l’atteinte à nos principes ?

On peut avoir plusieurs patries de rattachement ou de cœur. Cela est fréquent et tout à fait respectable. Personnellement je suis choqué de voir des personnes brandir deux ou trois passeports comme de vulgaires et banals titres de circulation ou cartes de crédit. Ensuite dans mon idée la nationalité est plus qu’un sésame administratif, mais quand l’on fait une démarche volontaire pour l’acquérir on affirme son adhésion aux valeurs fondamentales du pays, à une culture, à une histoire quitte à ce que, dans ce cadre de base, il y ait débat démocratique et engagement critique. Si le mot sanction fait peur et conduit au concept de double peine, soyons pragmatiques. Il s’agit de permettre l’expulsion du territoire française de gens contre qui nous sommes en guerre et qui voudrait s’y accrocher en revendiquant d’être français tout en tuant des compatriotes ou des gens vivant en France.

Comments are closed.