Des Lésions du foetus, à la suite de l’extraction PDF

Des Lésions du foetus, à la suite de l’extraction PDF

Des Lésions du foetus, à la suite de l’extraction PDF article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Le vêlage est la mise bas chez les bovins.


Des Lésions du foetus, à la suite de l’extraction
Date de l’édition originale : 1875

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Parfois, le vêlage ne se déroule pas dans des conditions optimales. Celui-ci tête le colostrum qui lui permet de développer ses défenses immunitaires. La production de progestérone par le corps jaune est indispensable pour permettre la gestation. Afin de maintenir le corps jaune et ainsi la gestation, l’embryon produit un signal spécifique qui empêche la lutéolyse, qui, sans celui-ci, serait déclenchée à la fin du cycle œstral. Celui-ci agit en inhibant les récepteurs à l’ocytocine situés dans l’épithélium de l’utérus et en inhibant la synthèse de prostaglandines, sans lesquelles le corps jaune ne peut être détruit. Les avortements sont très rares chez les bovins.

Ils sont bien souvent précédés par la mort du fœtus, touché directement ou par le biais d’une affection du placenta. L’avortement peut être lié à un traumatisme rencontré par l’animal, à l’utilisation abusive d’un traitement ou par une alimentation déséquilibrée ou contenant des toxines susceptibles d’atteindre la bonne santé du fœtus, mais la cause la plus fréquente est la contamination par un agent infectieux. La mamelle apparaît congestionnée, parfois même œdémateuse. On observe également une variation de la température chez les femelles prêtes à vêler. Dans les instants qui précèdent le vêlage, la vache montre un comportement particulier. Elle est agitée, toujours en déplacement, et recherche l’isolement et un endroit pour mettre bas. Le déclenchement de la mise bas est induit par un mécanisme hormonal complexe.

C’est le fœtus qui déclenche lui-même la cascade hormonale qui aboutira à son expulsion par la production par son hypothalamus d’ACTH. Celle-ci entraîne une production de corticoïdes par les surrénales fœtales, ces corticoïdes agissant directement sur le placenta de la vache en lui faisant produire des œstrogènes à la place de la progestérone. Ce sont les contractions du muscle utérin ou myomètre qui permettent au veau d’avancer dans la filière pelvienne lors du vêlage. Les contractions, appelées  coliques  débutent environ 6 heures avant la mise bas. Au fur et à mesure de l’avancée du vêlage, elles se rapprochent et s’allongent. Peu après l’éclatement de la poche allantoïde, la poche amniotique apparaît au niveau de l’ouverture vulvaire. La tête et les pattes de devant se présentent rapidement au niveau de l’ouverture vulvaire, qui se dilate lentement pour permettre son passage.

Cette phase du vêlage est la plus douloureuse pour la vache, et demande des efforts expulsifs importants. Ce n’est que lorsque le fœtus a complètement franchi l’ouverture vulvaire que son cordon ombilical se rompt. La parturition est assez lente chez la vache, notamment chez les primipares. Sa durée peut varier entre 30 minutes et 3 heures.

La séparation des cotylédons maternels d’avec les cotylédons fœtaux s’opère assez lentement, ce qui permet aux échanges circulatoires entre la mère et le veau de se poursuivre tardivement, jusqu’à l’expulsion du fœtus. En règle générale, le veau se présente en position dite  dorso-sacrée , avec les pattes antérieures et la tête qui parviennent les premiers à l’ouverture pelvienne. Elle s’accompagne généralement d’une réduction de 3 à 6 jours de la durée de gestation. Les gestations gémellaires peuvent également avoir certaines conséquences sur le déroulement du vêlage.

Dans les cas de faux jumeaux de sexes différents, la production de testostérone du fœtus mâle peut entraver le développement normal des appareils reproducteurs du fœtus femelle, entrainant une augmentation des cas de stérilité chez les génisses issues de telles gestations, en particulier lorsque les deux fœtus se développent dans la même corne utérine, ce qui augmente les risques de connexion des deux placentas. Le terme dystocie désigne tout vêlage se déroulant avec difficulté, et nécessitant généralement une intervention humaine plus ou moins importante, de la simple traction à la césarienne ou l’embryotomie. Elles peuvent être par exemple induites par un dysfonctionnement des organes génitaux de la vache. Parmi ces dysfonctionnement, on compte l’inertie utérine. Il s’agit de l’incapacité du myomètre à se contracter suffisamment pour expulser le fœtus.

Comments are closed.