Dictionnaire de restaurant édit. 2011 PDF

Dictionnaire de restaurant édit. 2011 PDF

Cet article est une ébauche concernant une commune du Cantal. Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la dictionnaire de restaurant édit. 2011 PDF d’aide à la rédaction d’un article de commune.


Avec plus de 3200 entrées, une multitude de renvois internes, le DICTIONNAIRE DE RESTAURANT, dans cette nouvelle édition, actualisée et enrichie, conserve le concept de l ouvrage originel offrant une large vision de l univers gastronomique. Il propose une définition simple, claire et concise pour chaque article avec la possibilité d’approfondir la recherche en se reportant à d’autres termes de l’ouvrage. Ce livre, véritable outil pédagogique, est spécialement destiné à celles et ceux qui travaillent dan un restaurant, qu’ils soient professionnels élèves ou enseignants.

Fontanges est une cité médiévale proche de Salers, en bordure de l’Aspre, une rivière s’étirant dans l’ancienne vallée glaciaire de l’Aspre. La commune a une altitude qui varie de 664 mètres, au confluent de l’Aspre et de la Maronne, à 1 246 mètres. Fontanges fait partie du canton de Mauriac depuis le 1er janvier 2015 et de la communauté de communes du Pays de Salers. Cantal avec un climat plus montagnard et l’ouest du département qui possède un climat plus aquitain mais toutefois plus dégradé. Depuis plusieurs décennies, le climat tend néanmoins à se radoucir.

Les épisodes neigeux sont beaucoup moins exceptionnels qu’auparavant en intensité et en durée. Cependant il n’est pas rare d’avoir des températures hivernales aux alentours de -10 degrés, voire moins. L’aurillacois, qui est une variante septentrionale du languedocien et est parlé dans le sud du Cantal, non loin de là. La basse vallée de l’Aspre à certainement fait l’objet d’un peuplement primitif. Il est néanmoins question de Fontanges une première fois en 932, Guillaume de Fontanges fait ainsi une donation au monastère de Mauriac pour le repos de l’âme de son épouse. Une branche s’établit alors en Limousin et une autre à Cropières ou verra le jour Marie-Angélique de Scorailles, duchesse de Fontanges.

Des personnes illustres représenteront la famille de Fontanges : Jean, chevalier du temple en 1230 ou Hugues qui partit en croisade aux côtés de Saint-Louis en 1248. En 1468 est construite l’église actuelle, de style gothique vraisemblablement sur le site d’un édifice plus ancien. Ceux-ci ne prononçaient pas de vœux et ne dépendaient d’aucune hiérarchie. Ils vivaient en famille et s’adonnaient aux travaux agricoles.

Ils versaient en contrepartie des droits qui leur étaient réservés six écus d’or à l’évêque. En 1543, Fontanges comptait plus de 40 prêtres-filleuls et l’atmosphère qui y régnait était conviviale et humaniste. Pendant les guerres de religion, Fontanges dispose d’une garnison capable de s’opposer aux huguenots. Une rencontre a lieu à Fontanges en 1579 entre le lieutenant du roi et Henri Bourbon-Maluze, chef de file des protestants. Les huguenots continuèrent néanmoins les hostilités en dépit de l’édit de pacification signé en 1577. Fontanges n’est plus un axe de passage.

La famille de Fontanges qui a quitté le site est suivi par celle de Pestels. Les doléances de 1789 font état d’un village ruiné. En 1870, le Fau est érigé comme commune par démembrement de celle de Fontanges. En 1901 est creusé la chapelle dédiée à Saint-Michel dans un rocher. Pendant l’occupation des résistants sont présents sur la commune. La bataille du Lioran bénéficie d’un nombre important de maquisards venant de Fontanges.

Il y avait aussi plusieurs moulins en activité, ainsi que des forgerons, des commerçants, des aubergistes. Aujourd’hui, la commune a perdu beaucoup de commerces, mais il reste encore une épicerie alimentation générale, un bar hôtel restaurant, un café, un taxi et une agence postale communale. Il y a quelques artisans ainsi qu’une société travaillant dans le domaine de l’édition et de la communication. Le grand pays de Salers est un élément fort du tourisme pour le département. La ville médiévale distante de 5 kilomètres à vol d’oiseau attire chaque année environ un demi million de visiteurs. Cela permet des retombées économiques pour les communes alentours.

Comments are closed.