Eléments d’analyse : Tome 4, Chapitres XVIII à XX PDF

Eléments d’analyse : Tome 4, Chapitres XVIII à XX PDF

Les plus anciens eléments d’analyse : Tome 4, Chapitres XVIII à XX PDF mathématiques connus sont des problèmes d’arpenteurs. Il s’agit de calculer des surfaces de champs, et de partager des parcelles en parts égales.


Le chapitre XVIII est le dernier des trois chapitres qui posent les bases de l’Analyse sur les variétés différentielles, en précisant ce qu’il faut entendre dans cette théorie par équation différentielle ou aux dérivées partielles. Déjà dans les espaces R, il est clair que la notion classique d’équations aux dérivées partielles est liée au système d’axes choisi, et cela n’a pas laissé de causer bien des difficultés aux mathématiciens qui, au XIXe siècle, ont cherché à classer les équations aux dérivées partielles suivant leurs propriétés, même du point de vue purement local. Ce n’est qu’en ne perdant jamais de vue le sens géométrique d’un système différentiel (donnée d’un « élément tangent » en chaque point) qu’on a pu, à la suite de Elie Cartan, parvenir à des conceptions pleinement satisfaisantes à ce sujet ; la théorie générale est d’ailleurs loin d’être achevée, et nous n’en donnons que les premiers rudiments. C’est également le point de vue local qui prédomine dans les chapitres XIX et XX, où sont exposés les premiers résultats d’Analyse « intrinsèque ». Le chapitre XIX est entièrement consacré à l’exploitation de l’idée fondamentale de Lie, l’existence d’un « dictionnaire » qui traduit en termes algébriques les propriétés infinitésimales d’un groupe de Lie. La méthode suivie diffère un peu de la plupart des exposés, en prenant d’emblée comme objet algébrique fondamental l’algèbre de tous les opérateurs différentiels invariants par translation à gauche, d’ordre quelconque. Cela a l’avantage de faire correspondre à une structure associative une autre qui l’est également ; le fait (spécial à la caractéristique 0) que la connaissance des opérateurs invariants d’ordre 1 et de leur structure d’algèbre de Lie détermine tous les autres, n’est présenté que postérieurement, fournissant d’ailleurs aussitôt l’ « algèbre enveloppante » dont on donne souvent une définition abstraite tout à fait inutile. La plus grande partie du chapitre XX est elle aussi consacrée à une étude locale, celle des variétés riemanniennes, envisagée dans le contexte plus général des « G-structures », forme moderne de la méthode du « repère mobile » de Elie Cartan, qui exploite la richesse de la structure d’espace fibré principal, grâce à la théorie de Lie

Europe depuis la fin du moyen âge jusqu’au seuil de la seconde guerre mondiale. Ce dossier consacré à l’histoire de la logique sera composé de trois articles. Stoïciens puis travaillée sous toutes les coutures de la rhétorique à travers toute la scolastique du Moyen Age, quitte brusquement le lieu qu’elle occupait depuis deux millénaires dans l’ensemble des connaissances. Pourquoi, alors que leur science est confrontée à des problèmes important liés à son développement même et à sa nature, des mathématiciens anglais se sont-ils intéressés à ce qui était alors considéré comme une partie de la philosophie pour la transformer, semble-t-il, en une branche de l’algèbre ? Comment ce bouleversement a t-il été vécu non seulement par les acteurs, mais aussi par ceux qui se sont trouvés concernés, que leurs intérêts soient littéraires ou scientifiques ? Utilisattion en classe – Le contenu de ces articles peut sembler trop spécialisé pour des élèves du secondaire qui pourraient être rebutés par les détails. Cette approche critique des nombres aztèques et mayas voudrait attirer l’attention des lecteurs sur les principaux systèmes d’écriture du nombre en usage dans l’antiquité mésoaméricaine.

Les principaux sont les numérations écrites mayas et aztèques. La numération vigésimale additive des scribes aztèques, qui l’utilisèrent notamment pour noter, le plus souvent sous forme de nombres ronds à un ou deux chiffres significatifs, les quantités de tributs que chaque communauté devait remettre à la Triple Alliance. Autre différence, les Mayas écrivaient de nombreuses égalités liant dates et durées, tant de la vie politique des cités que des récits mythologiques. Par contre, à l’époque coloniale, les Aztèques développèrent de nouvelles formes d’écritures des cadastres, et peut-être des procédés d’approximation des surfaces. Utilisation en classe – Dans son analyse comparée des numérations mayas et aztèque, l’auteur éclaire quelques aspects fondamentaux des numérations orales et écrites, et livre ainsi un matériau très riche aux enseignants qui abordent en classe, notamment dans les séries littéraires, l’histoire de la numération. Faire lire ce texte à des élèves pourrait permettre de poser une question fondamentale de l’Ethnomathématique. Lorsque des activités ne sont pas identifiées comme étant des mathématiques par ceux qui les pratiquent, comment reconnaît-on qu’elles appartiennent au champ de cette discipline ?

Divination et rationalité à Madagascar », K. Le problème de Pappus parcourt l’entière carrière scientifique de Newton. La solution de ce problème lui fournit une occasion précieuse pour mettre à l’épreuve les résultats de géométrie projective qu’il élabore progressivement à partir des années de sa jeunesse. Mais il oppose souvent ses solutions à celle donnée par Descartes en opposant la « vraie » analyse des Anciens aux déformations générées par l’usage aveugle de l’algèbre.

Comments are closed.