Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé PDF

Encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé PDF

Please forward this error screen to 192. Statue de Roger Bacon au musée de l’Université d’Oxford. Il est le premier dans le monde occidental à mettre en question des enseignements d’Aristote, observations à encyclopédie des sciences philosophiques en abrégé PDF’appui.


Lever de soleil spéculatif, éclosion conceptuelle du monde,
telle est bien l’Encyclopédie hégélienne. Elle surmonte par
avance l’opposition ultérieure prétendue entre l’être se donnant
existentiellement dans une ontologie alors vide et les étants
donnés dans une fixation métaphysique les privant par là de
leur sens. Car, se voulant et pensant résolument comme le
verbe à la fois déterminé et vivant de l’être, dont
l’autodétermination l’identifie, ce qui atteste sa nécessité, à lui-
même, ce qui l’assure en sa liberté, l’Encyclopédie des
sciences philosophiques fait s’actualiser en l’esprit humain la
raison qui est liberté et la liberté qui est raison: elle se sait la
fondation de soi de l’être dans la totalisation donnant sens aux
étants. La maîtrise de soi encyclopédique de l’être dans le
savoir de l’ordre logique, naturel et spirituel de sa réalité
globale, d’abord explorée dans l’expérience et la science, peut
ainsi aider l’homme contemporain à mieux s’y retrouver dans
son monde et à s’y comporter de façon plus sage.

Ce moine, méconnu et horriblement persécuté pendant sa vie, est la plus grande figure scientifique du Moyen Âge. C’est le génie le plus vaste et le plus complet qui, dans cette longue période, se soit produit en Europe. Il se fixa à Oxford, de 1247 à 1256, enseignant Aristote. Du fait de multiples malaises et d’infirmités diverses, je n’ai pu vaquer depuis dix ans aux occupations de l’enseignement J’ai été tenu par une injonction rigoureuse de mes supérieurs religieux à ne communiquer aucun écrit de mon cru. Le concile de Narbonne, en 1260 interdit aux Frères Franciscains de publier sans autorisation. Son second séjour à Paris s’étend de 1256 à 1280. Il fait la connaissance de saint Bonaventure, ministre général des franciscains depuis 1256.

Sa seconde grande période de production s’étend de 1260 à 1292. 1263 et qui l’avait en grande estime, sa recherche s’accéléra. Roger Bacon rêvait d’une université parisienne fondée sur la connaissance non seulement d’Aristote, d’Avicenne et d’Averroès, mais encore des sciences arabes — auxquelles il se sentait profondément redevable — et des langues arabes. Déjà, cela concernait en partie Roger Bacon. Il fut mis en prison à Ancône entre 1277 et 1279, car, depuis le concile de 1215, la prison est la peine infligée dans les procès d’Inquisition aux relaps, contumaces et fugitifs. Il mourut à Oxford le 11 juin 1294.

Il aurait dit sur son lit de mort :  Je me repens de m’être donné tant de peine dans l’intérêt de la science. En prenant une petite quantité de cette matière , comme une pincée, on produit un formidable bruit, une lumière éblouissante, et cela on l’obtient de bien des manières. Il proposa dès 1267 la réforme du calendrier, sans avoir eu connaissance des travaux antérieurs d’Omar Khayyam. Son plus grand mérite est d’avoir renoncé à la méthode purement spéculative et d’avoir conseillé et pratiqué lui-même l’expérience. Il pratiqua l’alchimie et s’intéressa à l’astrologie. Verbe divin, deuxième personne de la Trinité.

Les œuvres de Bacon ont pour but l’intuition de la vérité, c’est-à-dire la certitude scientifique, et cette vérité à atteindre est pour lui le salut. La science procédant de l’âme est donc indispensable. Ainsi, seule l’expérience est-elle source de certitude dans le domaine scientifique. Cette expérience se fait par l’autorité des savants et le raisonnement spontané qui se tient au contact des choses.

Comments are closed.