Esprit collection : L’art de vivre avec les objets que l’on aime PDF

Esprit collection : L’art de vivre avec les objets que l’on aime PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Si ce bandeau n’est esprit collection : L’art de vivre avec les objets que l’on aime PDF pertinent, retirez-le.


Fièvre de la quête, enthousiasme de la découverte, plaisir de posséder, bonheur de constituer des familles d’objets qui s’assemblent et se complètent, le collectionneur assouvit bien souvent un désir instinctif : accumuler.
Illustré par les meilleurs reportages du magazine ELLE
Décoration, ce livre nous offre une plongée exceptionnelle dans l’univers mystérieux de ces personnalités hors du commun – producteur, industriel, décorateur, couturier… – qui rassemblent autour d’elles le fruit de leurs rêves et font de leur passion un véritable art de vivre. Éclectiques ou thématiques, composées de pièces ultra-contemporaines ou d’antiquités, ces collections nous révèlent que les objets ont une âme et que leur agencement souvent inattendu en un même lieu provoque des chocs esthétiques qui nous donnent peut-être parmi les belles leçons de décoration.

En pratique : Quelles sources sont attendues ? La résilience permet à un individu affecté par un traumatisme de se reconstruire. Arbre qui pourrait être perçu comme un symbole de résilience : sa cime a été coupée, et néanmoins il vit et se déploie. Werner et Smith, deux psychologues scolaires américaines à Hawaï, travaillent avec des enfants à risque psychopathologique, condamnés à présenter des troubles.

La résilience permet de dépasser son état actuel. La démarche d’assistance post-immédiate aux personnes touchées par un évènement critique a généralement une dimension psychosociale. Boris Cyrulnik affirme que le  couple peut panser les blessures de l’enfance . Dans cette conjugaison, le hasard aurait moins de place qu’il n’y parait : le fondement du couple se construisant dans la réponse à la question :  Qui suis-je pour me faire aimer ? Est-ce l’amour qui permet la résilience ou la résilience qui permet l’amour ?

Boris Cyrulnik explique que finalement les deux se renforcent mutuellement:  L’humain ne peut vivre et se développer que si un autre met son empreinte sur lui . Le premier amour est important lorsqu’il survient à l’adolescence, lorsque le jeune éprouve sa capacité de sensibilité à de nouvelles informations : ce premier amour peut être pour certains adolescents l’occasion de réparer une représentation négative de soi. Les schémas initiaux ne sont plus répétés comme une malédiction implacable. Cette première expérience de l’amour pourra constituer une thérapie réparatrice. Pour Boris Cyrulnik, l’adulte -qui a cette capacité de rebond après le choc- est celui qui aura appris  à aimer dans la gaieté et le respect de l’autre dans un système à poly-attachement : papa, maman, mais aussi les grands-parents, les cousins, les amis des parents. Peu d’ouvrages destinés à la jeunesse évoquent ce thème de résilience.

Henri Meunier, et illustré par Régis Lejonc. Pour Régis Lejonc :  Le sujet profond de ce livre est celui de la résilience : comment se construit-on après avoir subi des atrocités. L’ouvrage est également  coup de cœur  2017 du Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres, qui écrit dans son avis critique :  Dans un langage subtil à décoder, justement parce qu’ils se jouent des codes, les auteurs nous entraînent sur les terres de l’intime. Selon l’avis critique du site de référence Ricochet,  Malgré les maltraitances subies, a réussi à pardonner l’impardonnable et à construire sa vie. La bibliographie et les liens externes sont à corriger.

Se reconstruire dans le désamour, Joseph Delafond, 1996. L’humour entre le rire et les larmes: Traumatisme et Résilience. Résilience : pour voir autrement l’intervention de réadaptation. Revue Développement Humain, handicap et changement social, vol. Evelyne Bouteyre, La Résilience scolaire : de la maternelle à l’université, Paris : Belin.

Michel Hanus, La Résilience, à quel prix ? La résilience ou comment renaître de sa souffrance, Fabert, coll. Jacques Lecomte, Guérir de son enfance, Odile Jacob, 2004. Jacques Lecomte et Stefan Vaninstensdael, Le bonheur est toujours possible. Denis Peschanski,  Résistance, résilience et opinion dans la France des années noires , Psychiatrie française, vol. The children of Kauai : a longitudinal study from the prenatal period to age ten.

Comments are closed.