Etat sanitaire et démographie comparée des villes de Paris et de Berlin PDF

Etat sanitaire et démographie comparée des villes de Paris et de Berlin PDF

Drapeau de la république socialiste de Roumanie. Emblème de la république socialiste de Roumanie. Articles détaillés : Occupation soviétique de la Roumanie, Parti etat sanitaire et démographie comparée des villes de Paris et de Berlin PDF roumain et République populaire roumaine.


Etat sanitaire et démographie comparée des villes de Paris et de Berlin / par le Dr. Lowenthal
Date de l’édition originale : 1905
Sujet de l’ouvrage : Démographie — France — Paris (France)Démographie — Allemagne — Berlin (Allemagne)

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Représentation officielle de Nicolae Ceaușescu, dans le style du réalisme socialiste. Nicolae Ceaușescu accueillant le président américain Richard Nixon à Bucarest en 1969. Gheorghe Gheorghiu-Dej, chef d’État de la République populaire roumaine, meurt d’un cancer du poumon le 19 mars 1965. Par la réforme de la Constitution, le pays prend comme nom officiel celui de république socialiste de Roumanie. Jusqu’en 1971, Ceaușescu alterne gestes de libéralisation et mesures répressives, entretenant les espoirs de changement tout en consolidant son pouvoir.

La Securitate poursuit une politique très active de surveillance de la population, la politique de relégation intérieure étant maintenue. 1971, Ceaușescu, désormais assuré de son pouvoir, met fin à la  détente intérieure . Les origines de ce revirement sont discutées. L’autre hypothèse est qu’il aurait été inquiet d’une part des réactions de Moscou à ses initiatives internationales, et d’autre part des libertés d’expression gagnées au fil des années par les intellectuels, dont pouvaient aussi profiter ses camarades du parti, pour contester ses choix. En 1972, sous couvert sa politique d’apparente indépendance diplomatique vis-à-vis de l’URSS, la Roumanie adhère au Fonds monétaire international et obtient des crédits importants. L’autosuffisance alimentaire, qui n’avait été atteinte qu’entre 1968 et 1980, est à nouveau perdue. 1981, le remboursement de la dette extérieure sert de prétexte pour refuser toute réforme.

Obor, principal marché de Bucarest dans les années 1980. Dans les années 1980, la pénurie d’énergie et de carburant rend les transports en commun rares et difficilement accessibles. Seuls les ouvrages signés Ceaușescu remplissent les vitrines des librairies dans les années 1980. Dans les années 1980, la politique de  systématisation du territoire  se traduit par 320 000 expulsions, la démolition de quartiers historiques entiers, et environ 3 000 morts par froid et carences.

Maison du peuple , destiné à abriter les institutions de l’État. La défection d’Ion Mihai Pacepa, un général de la Securitate, achève de discréditer le régime à l’Ouest et montre que même ses principaux soutiens commencent à perdre confiance. En 1987, à la faveur d’une visite de Mikhaïl Gorbatchev, la Roumanie resserre ses liens commerciaux avec l’URSS, mais Nicolae Ceaușescu demeure insensible à toute idée de perestroïka. Le mémorial aux deux millions de victimes recensées du communisme en Roumanie, à Sighetu Marmației, dans la même rue que celui des victimes de la Shoah. Articles détaillés : Chute des régimes communistes en Europe et Révolution roumaine de 1989. 1989 a lieu la chute du bloc de l’Est. Alors que les régimes les plus proches de l’Union soviétique tombent tous les uns après les autres, la relative indépendance, mais réel isolement de la Roumanie, rend sa situation différente.

Comments are closed.