Faire territoire PDF

Faire territoire PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Faire territoire PDF’est un espace qui peut être habité, mais qui ne relève pas d’un État. Sa définition a évolué avec le temps.


Les rapports entre identité et territoire occupent aujourd’hui une place centrale, de nature à susciter débat. L’usage de chacun des deux termes explique en partie un tel intérêt. C’est aussi le contexte contemporain qui appelle réflexion : mobilité, gouvernement des villes, recompositions territoriales… Migrations et frontières, rôles respectifs de l’espace et de l’organisation sociale, rôle du politique dans la construction d’un «nous», opposition mobilité/sédentarité, multiplicité des appartenances, rapport à l’espace habité et au patrimoine : la confusion entre des acceptions savantes et pratiques des termes, la hiérarchisation des espaces allant du local au national, interrogent dès lors l’usage qui en est fait.
Le territoire a souvent une «double face», les référents identitaires mobilisés par ses habitants sont divers, cachés ou exposés, soumis à ajustements perpétuels. L’identification par le lieu repose question. En contexte de mobilité ou de perte du territoire, quelle pertinence accorder au sentiment d’appartenance à un espace ? Comment interpréter la localisation «comme métaphore de l’Autre» ? Si «l’ennemi, c’est le proche», alors le territoire dévoile sa nature polémique.

Contributions de G. Baudin, Ph. Bonnin; M.-H. Bacqué & S. Vermeersch, T. Baudouin, S. Bobbé, G. Busquet, M. Dumont, M.-C. Fourny, Ph. Genestier, A. Hublin, C. Le Bodic. V. Maire, C. Neveu, M. Perrot, L. Pierre Louis, M. Rautenberg, M. de la Soudière.

Occident chrétien, ce fut le cadre juridique dans lequel furent érigés les états latins d’Orient pendant les croisades, à partir de 1096. Aux XIVe et XVe siècle, les pays occidentaux reconnaissaient encore au Pape une autorité suffisante pour trancher de la souveraineté d’un territoire reconnu comme terra nullius. Plus tard, à l’époque de l’expansion coloniale de l’occident, le terme a été comme d’une portée très générale : même quand il peut y avoir des autochtones dans le pays que l’on qualifie de  découvert , il se traduit en pratique par le  droit  des peuples  plus civilisés  à saisir des terres et le mettre à une  meilleure utilisation . Le principe de terra nullius a servi de justification à la colonisation de nombreuses régions du monde, comme le partage de l’Afrique par les puissances européennes à la conférence de Berlin en 1885. Le principe de terra nullius fut invoqué pour justifier la colonisation de l’Australie par les Britanniques, et l’expropriation des terres aborigènes. Cette interprétation extensive sera battue en brèche après le Traité de Saint-Germain en 1919, qui consacra en droit international le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Comments are closed.