Histoire de l’Otan PDF

Histoire de l’Otan PDF

Mis au point par des techniciens de 31 nations à la suite d’études très approfondies et de centaines de milliers d’essais, un nouveau code avait été mis en application depuis le 1er mars 1956, dans l’aviation civile internationale qui avait fait enregistrer sur disque la prononciation correcte des mots. Histoire de l’Otan PDF les codes et leur prononciation. Pour les mots voir actes finals: art.


Alors que l’alliance atlantique a fêté son cinquantième anniversaire, il n’existe toujours aucun ouvrage qui retrace son histoire. L’auteur entend pallier cette lacune. S’il ne cache pas sa sympathie pour le combat mené par l’Otan tout au long de la guerre froide contre la menace sociétique, il ne verse pas pour autant dans l’hagiographie et ne tombe pas dans les travers d’un ouvrage de commande; Ainsi-par exemple-aborde-t-il l’obscur dossier du « Glaive » et se demande-t-il si celui-ci ne trahit pas un aspect pathologique, une sorte de doctrine de la souveraineté limitée à l’occidentale. Plaçant le débat sur l’actualité la plus récente, sur fond d’affaire du Kosovo, il s’interroge également sur la légalité internationale et sur la légitimité des nouvelles missions de l’OTAN… En revanche, lorsqu’il évoque le retrait français de l’organisation intégrée en 1966, il montre que la thèse gaullienne était indéfendable du point de vue juridique et passablement contestable au point stratégique.

Pour les chiffres voir actes finals: art. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 19 février 2019 à 16:57. L’histoire de l’Islande est récente par rapport à celle du reste de l’Europe. 874, elle commence à se peupler, principalement de colons norvégiens fuyant les conflits de leur pays. Ainsi se confirme le déclin de la population islandaise, d’autant que plusieurs tentatives de développement économique avortent les unes après les autres.

Althing est restauré et l’île reçoit un statut lui garantissant une plus grande autonomie. En 2008, il compte parmi les plus avancés au monde, mais la crise financière de 2008 affecte considérablement son économie et en bouleverse le paysage politique. L’île mythique de Thulé découverte par Pythéas. Húsavík, lieu de résidence de Garðar Svavarson. L’Islande est le dernier pays d’Europe à avoir été peuplé et n’a pas connu de période préhistorique.

Cependant, d’après certaines légendes et histoires, le pays a pu être connu bien plus tôt. Ainsi, le navigateur grec Pythéas rapporte avoir découvert entre 330 et 320 av. Il pourrait s’agir de l’Islande, Thulé étant le plus ancien nom de l’île, toujours utilisé pendant le Moyen Âge. Au cours du Moyen Âge, les Irlandais se sont mis à rechercher des lieux isolés pour servir Dieu dans la solitude. Pendant l’été, ont-ils ajouté, la lumière du jour y brille la nuit comme le jour. Húsavík,  La baie de la Maison . Flóki Vilgerðarson, Viking norvégien plus tard surnommé Raven-Flóki, est le troisième visiteur nordique.

Une page du manuscrit du Landnámabók. Certes, bien d’autres voyageurs ont débarqué en Islande, mais seuls les chefs les plus importants sont recensés. Les raisons de cette immigration sont nombreuses. Le roi Harald Ier de Norvège essaie d’unifier son pays en un seul État, ce qui engendre de nombreux conflits et incite ses ennemis à s’enfuir en Islande.

Les colons sont venus en Islande en groupes, hommes libres, femmes, enfants et esclaves, souvent issus d’une grande famille, chacune étant regroupée sur une partie de l’île. Chaque groupe est gouverné par un homme riche et de descendance noble, qui édicte les règles applicables à sa colonie et prend également soin des offrandes nécessaires aux dieux. Ainsi, comme de nombreux colons veulent vivre en paix, les chefs se rangent à la conclusion que l’unification du droit et de la société serait bénéfique pour le pays. Autre délégué, Grímr Geitskór est envoyé à travers l’Islande pour repérer un endroit susceptible d’accueillir le parlement et se concilier le soutien des autres chefs. C’est sur ces terres, à Þingvellir, devenues propriété publique, que s’érige l’Alþing. Cette assemblée, dotée du pouvoir judiciaire et législatif, évolue au fil du temps.

La période comprise entre 930 et 1030 est connue sous le nom de l’âge des Sagas, d’après les événements héroïques de cette période qui y sont consignés. Les principales routes décrites par la Saga d’Erik le Rouge et la Saga des Groenlandais. Naviguer sur les océans est, en effet, une grande tradition viking, et les Islandais, continuant l’exploration des mers, découvrent de nouvelles terres, telle le Groenland peu éloigné et assez tôt abordé. 980 vers cette terre de l’ouest. Les Vikings avaient inventé un calendrier séparant l’année en deux semestres : un où la lumière monte, l’autre où elle décline. Les Islandais sont des païens croyant à la mythologie nordique.

Quelques années plus tard, le chef viking Ólafur Tryggvason devient roi de Norvège. Le roi Ólafur Tryggvason menace alors de massacrer les rebelles à la conversion. Le roi accepte et les deux chefs rentrent en Islande pour la session de l’Alþing de l’an 1000. Les Islandais se rassemblent en grand nombre, divisés entre ceux qui veulent garder leurs pratiques et ceux qui désirent se convertir. La plupart souhaite simplement éviter une guerre de religion. Le premier évêque islandais, Ísleifur Gissurarson, nommé en 1056 et ne disposant d’aucun diocèse, a un statut de missionnaire. Durant cette période, l’Église et le christianisme se renforcent en Islande.

Gissurarson, c’est son fils, Gissur Ísleifsson, qui lui succède. Sa plus grande réussite est l’introduction d’une dîme, premier impôt général du pays, dès 1097, soit beaucoup plus tôt que dans les autres contrées nordiques. La dîme de 1097 a eu une grande importance pour l’Église et a radicalement changé l’État libre islandais. L’Église est devenue plus riche et les évêques ont joui d’une puissance accrue.

Avant l’évangélisation, les Islandais ne connaissent que l’alphabet runique. L’introduction du christianisme s’accompagne de l’alphabet latin. Les lois sont transcrites pour la première fois durant l’hiver 1117-1118. Le premier écrivain islandais connu est Sæmundr Sigfússon, dit  le Savant . Au même moment, la monarchie s’étant renforcée en Norvège, le roi Håkon IV essaie d’étendre son influence sur l’Islande. Snorri Sturluson, Sturla Sighvatsson, qui devient dès 1235 son représentant en Islande.

Cependant, la tyrannie de ce dernier conduit à la guerre civile qui fait rage jusqu’en 1262, date de la fin de la vieille République. Le roi Håkon IV de Norvège, illustration. Un an plus tard, le frère de Sturla Sighvatsson, Þórður kakali Sighvatsson, est envoyé en Islande pour accomplir ce que son frère n’a pu réaliser. Ces guerres incessantes entre clans finissent par fragiliser l’autorité de l’Alþing et l’île passe sous domination étrangère jusqu’en 1944. Islandais n’ont pas été conquis par une puissance étrangère.

Comments are closed.