Histoires de météorites : Volume 1, Ensisheim PDF

Histoires de météorites : Volume 1, Ensisheim PDF

Ces météoroïdes sont en général eux-mêmes le résultat d’une fragmentation partielle d’un astéroïde lors d’un impact avec un autre astéroïde dans les zones de résidence de ces objets, essentiellement la ceinture principale, entre Mars et Jupiter. Il ne semble pas impossible que certaines météorites soient d’origine cométaire, comme certains auteurs l’affirment pour la météorite d’Orgueil. Les météoritologues et les chasseurs de météorites distinguent les  chutes , météorites qu’on a vu tomber sur Terre et qu’histoires de météorites : Volume 1, Ensisheim PDF a retrouvées peu après leur atterrissage, des  trouvailles , météorites découvertes par hasard sans que leur chute n’ait été observée. Ce nombre augmente d’environ 1 500 chaque année.


La météorite est un fragment de météoroïde qui a atteint la surface de la Terre sans être détruit par la traversée de l’atmosphère ni par l’impact. 1995 ces dimensions : un météoroïde a une taille comprise entre 100 µm et 10 m. NASA propose une limite supérieure à 50 mètres. Chaque jour, la masse de la Terre s’accroit de 100 tonnes provenant de petits météroïdes de taille inférieure au mètre, ces petits objets ne pouvant atteindre la surface terrestre que sous forme de poussière. Monnaie d’Émèse en bronze représentant le temple du dieu solaire Élagabal et son bétyle avec un aigle en relief. Sébastien Brant à propos de la chute de la Météorite d’Ensisheim de 1492.

Coupe d’une météorite à alliage de fer, figures de Widmanstätten apparentes. La croûte de fusion sur la météorite de Peekskill représente la dernière surface fondue, puis vitrifiée, après l’interruption du processus d’ablation. S’il pleut des pierres, c’est que les vents les ont d’abord enlevées. L’histoire des représentations des météorites montre l’évolution des différentes perceptions de ces objets au cours des siècles, depuis l’objet sacré jusqu’à l’objet scientifique.

La première mention d’une météorite dans le corpus écrit occidental est due à Anaxagore qui cite la chute de météorites en Crète en 1478 av. Bien que sa prédiction de la chute d’une météorite proche d’Aigos Potamos après le passage d’une comète en 476 av. Ministre Chaptal, sur la météorite de L’Aigle tombée la même année. En quelques décennies, les analyses de plus en plus fines faites en laboratoire, les explorations spatiales et les observations astronomiques ont bouleversé notre connaissance du Système solaire. La majorité de ces poussières sont des micrométéoroïdes : ayant la consistance des cendres de cigarette, ils sont en grande partie consumés dans l’atmosphère et finalement 6 tonnes de matériel météorique atteint le sol quotidiennement.

Terre : environ 500 pierres de la taille d’une balle de tennis atteignent ainsi le sol chaque année. La plupart de ces corps se trouvent dans la ceinture d’astéroïdes, située entre Mars et Jupiter, qui contient des objets pouvant mesurer jusqu’à 1 000 km de diamètre. Actuellement, 70  objets  pourraient nous rendre visite au cours du prochain siècle. On n’a pas de preuve que certaines d’entre elles puissent être du matériel interplanétaire originel primaire. Leur matériau constitutif s’est formé il y a 4,57 milliards d’années, en même temps que le Système solaire. Les achondrites nous apportent des informations sur la formation et l’évolution des gros astéroïdes et des planètes.

Un dernier ensemble de météorites, les  météorites non groupées , renferme un petit nombre d’autres météorites, ayant des caractéristiques chimiques particulières relativement aux membres des groupes principaux, appartiennent à des groupes ou sous-groupes additionnels. La météorite de Kaidun qui est présentée comme originaire de Phobos en fait partie. On distingue les météorites que l’on a vu tomber et que l’on a retrouvées peu après leur atterrissage : on les appelle des  chutes observées  ou plus simplement des  chutes , par opposition à celles que l’on a découvertes par hasard et que l’on appelle des  trouvailles . Il s’agit en général d’un nom géographique d’un lieu proche de l’endroit de la découverte. Les collectionneurs et chasseurs de météorites du monde entier s’y retrouvent.

La météorite de la Caille, avec ses 626 kg de fer, est la plus grosse météorite française. 1829 au Muséum national d’histoire naturelle à Paris. En 2019, ce site est encore le seul où ont été découverts de tels quasi-cristaux. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Péloponnèse et la victoire des Spartiates menés par Lysandre.

Comments are closed.