Imagerie médicale PDF

Imagerie médicale PDF

Ceci dans l’objectif réglementaire de l’évaluation du risque cancérogène propre à l’entreprise. 1 : éviter les risques – 659 vues. Un article de Wikipédia, l’imagerie médicale PDF libre. Cet article est une ébauche concernant la médecine.


Cet ouvrage de la collection Campus illustré, a pour but de présenter aux étudiants la radiologie comme une spécialité essentielle, ayant un rôle central dans l’établissement du diagnostic et/ou du traitement de nombreux patients. Plutôt que d’apprendre au lecteur le moyen de devenir un radiologue, il lui permettra de comprendre ce qu’un radiologue teste ou ordonne selon les circonstances, ce que le clinicien a besoin de savoir pour tirer le meilleur parti de la radiologie, comment lire et interpréter les rapports de radiologie et ce que la radiologie peut offrir selon que l’on a besoin d’un diagnostic ou d’une indication de traitement. Traduction et adaptation de Medical Imaging par Sophie Chagnon.

EOS est un système d’imagerie médicale permettant l’acquisition simultanée de deux images radiographiques, face et profil, en limitant la dose de rayons X absorbée par le patient. EOS est un système de radiographie à balayage vertical avec un faisceau de rayons X très fin permettant de balayer de la tête au pied le patient, qui est dans une position fonctionnelle : debout ou assis. Grâce à sa géométrie, le système permet l’acquisition simultanée de deux images radiographiques orthogonales, face et profil, sans agrandissement. Le patient est d’abord positionné debout ou assis dans le système EOS. Une radiographie basse dose simultanée de face et de profil du corps entier est alors effectuée.

L’examen peut se limiter à une zone anatomique localisée comme la colonne vertébrale ou la jambe, si la radiographie du corps entier n’est pas nécessaire, ou encore un examen de face seulement. L’option  micro dose  abaisse la dose de radiation d’un examen de suivi du rachis pédiatrique à 58 µSv ce qui participe à la démarche de réduction de dose les suivis radiologiques chez l’enfant. De fait, certains enfants atteints de pathologies spécifiques, telles que la scoliose, nécessitent une surveillance fréquente pour le suivi de l’évolution de leur pathologie, et peuvent recevoir ainsi des niveaux de radiation très élevés. CT scans in childhood and subsequent risk of leukaemia and brain tumours: a retrospective cohort study, The Lancet, vol. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 17 avril 2018 à 23:45. Le premier cliché anatomique radiographique par Wilhelm Röntgen.

En travaillant sur les rayons cathodiques en 1895, il effectue une expérience qui consiste à décharger le courant d’une bobine de Ruhmkorff dans un tube à vide placé dans une boite en carton. Après avoir renouvelé l’expérience avec plusieurs matériaux, il remarque que ces rayonnements sont capables de traverser la matière. Il remarque également que la densité sur l’écran dépend du matériau traversé comme du papier, du caoutchouc, du verre ou du bois. Il s’agit donc de ce qui va devenir le principe de la radiographie. Dès la fin des années 1920, on injecte du  Radium C  à un malade pour suivre la circulation sanguine à l’aide d’un compteur de Geiger-Müller inventé en 1928.

Par la suite en 1934, la radioactivité artificielle est découverte par Irène et Frédéric Joliot-Curie. Le but de l’imagerie médicale est de créer une représentation visuelle intelligible d’une information à caractère médical. Dans un sens plus large, le domaine de l’imagerie médicale englobe toutes les techniques permettant de stocker et de manipuler ces informations. Ainsi, il existe une norme pour la gestion informatique des données issues de l’imagerie médicale : la norme DICOM. Les méthodes d’imagerie fonctionnelles sont aussi très variées. La magnétocardiographie est une technique très analogue à la précédente qui consiste à mesurer les champs magnétiques induits par l’activité électrique des cellules du muscle cardiaque au niveau du torse. MeV sont émis en coïncidence permettant la détection.

Le fluor 18 permet de voir les cellules à fort métabolisme, comme par exemples, les cellules cancéreuses, les infections, etc. Chacune des deux techniques de scintigraphie a ses avantages et inconvénients. Le choix dépend du diagnostic évoqué, mais aussi de la disponibilité des radiopharmaceutiques et des caméras TEP. L’utilisation de rayons X est d’usage courant.

Ces rayonnements, comme les rayons gamma sont ionisants et donc dangereux. Radiographie, utilisant des rayons X et parfois l’injection de produit de contraste. Les images obtenues sont des projections des organes et des différents systèmes suivant un plan. Généralement, la radiographie est utilisée pour le système osseux car il s’agit du système le plus visible sur une radiographie du corps. Il en est de même dans le monde entier. Les autorités insistent sur la nécessaire justification de ces actes, irremplaçables actuellement pour poser des diagnostics fiables et faire des évaluations pronostiques. Notamment l’autoprescription de tels examens ne devrait pas être autorisée.

Comments are closed.