Kevin MARTIN, un homme sans histoire PDF

Kevin MARTIN, un homme sans histoire PDF

Jean Harlow, née Harlean Harlow Carpenter, le 3 mars 1911 à Kansas City, Missouri, et morte le 7 juin 1937 à Los Angeles, Californie, est une actrice américaine et un sex symbol des années 1930. 1932, un contrat avec la Metro-Goldwyn-Mayer. La popularité de Jean a rivalisé et surpassé celle d’autres stars de kevin MARTIN, un homme sans histoire PDF MGM comme Joan Crawford ou Norma Shearer.


Entre le petit deux-pièces qu’il a hérité de sa grand-mère et son travail à l’accueil de la mairie, l’existence de Kevin Martin se résume à un emploi du temps minutieusement réglé. La journée s’écoule dans une succession d’activités qui sont autant de rituels attendus, sans surprises et sans aspérités.
« Sur un sujet à priori très « casse-gueule », ce court récit réussit l’exploit d’être à la fois complètement prenant et tout à fait glaçant. Ni réquisitoire, ni plaidoyer, dans un style totalement maîtrisé, il illustre la banalité – la terrible banalité – de la pulsion la plus inavouable et la plus réprouvée. »
Derrière son comptoir lisse et bien rangé, Kevin Martin offre la figure d’un employé modèle, obéissant et consciencieux. Ses seuls mouvements de révolte sont ceux qu’il a quand il voit à la télévision les petites filles que les adultes instrumentalisent outrageusement, de façon racoleuse et vulgaire dans les concours de mini-miss.
Il y a bien ses collègues qui le trouvent un peu bête. Certains croient qu’il est homo. Kevin Martin sait que beaucoup le jugent médiocre. Et cela lui convient tout à fait.
Car, derrière son quotidien méticuleusement organisé, Kevin Martin cache un secret, celui qu’il partage avec les petites filles et qui ne doit jamais être découvert.

L’American Film Institute la classe 22e plus grande actrice de tous les temps. Jean Harlow, de son vrai nom Harlean Carpenter, naît le 3 mars 1911 à Kansas City, dans le Missouri. Sa mère part chercher du travail à Chicago, Harlean demeure auprès de ses grands-parents, qui prennent son éducation en main. Kansas City, sous la férule de son grand-père.

En 1926, sa mère est de retour et s’installe avec son nouveau mari. C’est maintenant Marino qui s’occupe de l’éducation d’Harlean, lui apprenant notamment à danser le tango et la valse. Sa famille l’ étouffe , sa mère est en effet extrêmement religieuse, a une telle emprise sur elle qu’elle décide de se marier, à seize ans seulement, pour se libérer, avec Charles F. Trois mois plus tard, elle divorce de Charles et revient chez sa mère. Ayant interrompu ses études, rêvassant sans cesse en se promenant en ville, elle fréquente des restaurants et des cinémas.

Comments are closed.