L Affiche PDF

L Affiche PDF

La Libération par l’armée du crime ! Les deux premières photos, à gauche, en-dessous du V de l’affiche représentent deux corps, un torse nu criblé de balles, et un homme L Affiche PDF, en gabardine, gisant près de son chapeau.


Abou Salem : Ceux qui croient qu’une mère peut être fière de la mort de son enfant n’ont ni mère, ni père. Ni enfant. C’est tout ce qu’il reste, sa seule porte de sortie. Peu importe ce qu’elle dit, ses yeux parlent. Regarde-les, ses yeux ! Tu verras, c’est la fosse commune des anges ! Regarde ses poings levés quand elle parle de fierté, quand elle chante et louange Dieu, qu’elle crie que Dieu est puissant ! Ils sont blancs, ses poings ! Le sang ne s’y rend plus. Que l’amertume. Ses yeux sont noirs, les larmes ne s’y rendent plus, plus rien ne s’y rend. On ne ressent aucune fierté. Aucune. Dis aux journaux de chez vous qu’on ne ressent aucune fierté à voir nos enfants se faire tuer. Tu vas le dire ?

Quand Salem était petit et que nos rues menaient à leurs tanks, ma femme le gardait réveillé toute la nuit. Pour qu’il soit si épuisé qu’il dorme le jour et qu’il n ‘aille pas jouer à lancer des pierres. C’est une mère… Avant tout, ce n’est qu’une mère…

Elle était belle.

Maintenant, elle rouille.

En Palestine, lorsque quelqu’un meurt d’une cause reliée directement à l’occupation, des factions s’approprient cette mort, font une affiche avec la photo du martyr et en tapissent les murs du pays. Abou Salem est l’imprimeur de ces affiches.

Un jour, il se retrouve à imprimer celle de son fils, Salem, mort par balle, lors d’un affrontement avec les soldats qui hantent son camp de réfugié.

Oum Salem, la mère du martyr, souffre jusqu’à la destruction. La famille se dégrade, la colère ne laisse plus de place à l’humanité. Shahida, la soeur de Salem, essaie tant bien que mal de rêver d’avenir avec Ismaïl, malgré les check-points… malgré l’incarcération administrative, la résistance, le soleil et le ciment…. malgré la soif et la mer Morte qui baisse d’un mètre par an.

C’est la violence extraordinaire d’un impossible quotidien en terre occupée.

Puis l’histoire explose. Elle se désorganise comme la vie sous occupation. Elle remonte le fleuve de la douleur jusqu’aux exploiteurs de désespoir qui accotent les survivants dos au Mur de séparation.

Philippe Ducros est acteur, metteur en scène, photographe et auteur. Sa résidence en Syrie à l’initiative d’Ecritures Vagabondes marque un tournant dans son oeuvre (cf. ses carnets de route La rupture du jeûne et Les lanceurs de pierres publiés chez le même éditeur).

Cette affiche a été créée par le service de propagande allemande en France. Le complot de lʼAnti-France , février 1944. Musée de la Résistance nationale, Champigny. Article détaillé : FTP-MOI de la région parisienne. Les 10 résistants étrangers figurant sur l’affiche font partie des 23 FTP-MOI jugés et condamnés à mort par un tribunal militaires allemand dans la semaine du 18 au 24 février 1944. Parti communiste français dans les années 1920 pour encadrer les très nombreux étrangers travaillant en France. De nombreux anonymes déposent des fleurs au pied des affiches et collent des bandeaux sur lesquels on peut lire :  Oui, l’armée de la résistance ,  Morts pour la France , ou  Des martyrs .

Mémorial de l’Affiche rouge à Valence. Les deux hommes ont été victimes de groupes FTP distincts des groupes FTP-MOI concernés par l’affiche. Franck Martineau était commissaire de police à Gonesse. Les auteurs de l’attentat était les membres du détachement FTP Victor Hugo, eux-même à vélo. On ne sait pas à quel niveau cet attentat avait été décidé.

Le commissaire Gautier, en poste à Juvisy a été abattu le 12 novembre 1943 alors qu’il effectuait en moto le trajet entre son domicile et Juvisy. Libération, l’Affiche rouge sera passée sous silence. Plaque en mémoire de Marcel Rajman au no 1 de la rue des Immeubles-Industriels, Paris 11e. Plaque de la rue du Groupe-Manouchian, Paris 20e. Néanmoins, en 1955, on inaugura dans le dans le 20e arrondissement de Paris la rue du Groupe-Manouchian.

Robert Badinter, une proposition de loi, votée le 22 octobre 1997 décide de l’édification d’un monument à la mémoire de tous les résistants et otages fusillés au fort du Mont-Valérien entre 1941 et 1944. Des héros, à la vie, à la mort, SIEP, Hors-série de l’Humanité, février 2007, Paris, 50 p. Adam Rayski, L’Affiche rouge, Mairie de Paris, 2003, 80 p. Ils n’étaient que des enfants, Le Félin, Paris, 2004, 121 p. Frank Cassenti, L’Affiche rouge, 90 minutes, 1976. L’Affiche rouge, dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France.

Le site de l’Académie de Versailles propose l’étude de cette image de propagande. 1008, consulté le 16 décembre 2008. Denis Peschanski, article Francs-tireurs et partisans de la Main-d’œuvre immigrée dans Dictionnaire historique de la Résistance, dir. Stéphane Courtois, Denis Peschanski et Adam Rayski, Le sang de l’étranger, Fayard, 1989, p. Denis Peschanski, article Affiche rouge dans Dictionnaire historique de la Résistance, dir. D’après Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le Sang de l’étranger, Fayard, 1989, p. 10 et le 15 février 1944, mais d’après Michel Wlassikoff, Signes de la collaboration et de la rés002, p.

Adam Rayski, L’Affiche Rouge, mairie de Paris, Direction générale de l’information et de la communication, 2003, p. Pascal Ory, les collaborateurs 1940-1945, Points Seuil, 1976, p. Michel Whassikof et Philippe Delangle, Signes de la Collaboration et de la Résistance, Editions Autrement, 2002, p. Cerisy-la-Salle en 2001, Harmattan, 2004, p. Séraphin Effernelli,  en mars 1944, alors que j’étais allé en mission à Chalon, je tombais sur cette affiche placardée sur le bâtiment de la rue Saint-Côme , Maquis à Brancion, troisième livre, 2004, p. Charles Tillon, Les FTP, Julliard, 1962, p. Claude Lévy,  L’Affiche rouge , L’Histoire no 18, septembre 1979.

L’Affiche rouge , dans L’Histoire no 18, septembre 1979. Brochure de l’exposition Manouchian sur le site de la mairie d’Ivry-sur-Seine. Stéphane Courtois, Denis Peschanski, Adam Rayski, Le Sang de l’étranger, Fayard, 1989, p. L’Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par cœur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l’ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre. 4e de couverture de la première édition, La Table Ronde, 1946. Journal officiel du 13 juillet 1947, p.

L’album Les Chansons d’Aragon est officialisé en 1961. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 4 décembre 2018 à 13:51. Attention, Javascript n’est pas activé sur votre navigateur et le site ne s’affichera pas correctement. Votre navigateur est trop ancien pour vous permettre de profiter pleinement du site.

Comments are closed.