L’Analyse technique de A à Z PDF

L’Analyse technique de A à Z PDF

Le droit à la santé comprend l’accès, en temps utile, à des soins de santé acceptables, d’une qualité satisfaisante et d’un coût abordable. Pourtant, l’Analyse technique de A à Z PDF 100 millions de personnes dans le monde passent chaque année sous le seuil de pauvreté en raison de leurs dépenses de santé.


Les groupes vulnérables et en marge de la société ont tendance à supporter une part beaucoup trop élevée des problèmes de santé. La couverture sanitaire universelle est un moyen de promouvoir le droit à la santé. Une autre caractéristique des approches fondées sur les droits est la participation significative. La participation signifie que les parties prenantes nationales – y compris les acteurs non étatiques tels que les organisations non gouvernementales – participent de manière significative à toutes les phases de la programmation: évaluation, analyse, planification, mise en œuvre, suivi et évaluation. Le «droit de jouir du meilleur état de santé possible» implique que soient réunis un ensemble de critères sociaux favorables à l’état de santé de tous, notamment la disponibilité de services de santé, des conditions de travail sans risque, des logements appropriés et des aliments nutritifs.

Le droit à la santé suppose à la fois des libertés et des droits. Les politiques et les programmes de santé ont la capacité de promouvoir ou de violer les droits de l’homme, notamment le droit à la santé, en fonction de la façon dont ils sont conçus ou mis en œuvre. S’ils visent à respecter et à protéger les droits de l’homme, ils aident le secteur de la santé à assumer sa responsabilité, qui est de se préoccuper de la santé de chacun. Au sein même des pays, certaines populations, par exemple les communautés autochtones, sont exposées à des taux supérieurs de mauvaise santé et doivent surmonter des obstacles redoutables pour accéder à des soins de santé de qualité et à des prix abordables.

Par rapport à la population générale, ces populations présentent des taux de mortalité et de morbidité bien supérieurs à cause de maladies non transmissibles comme le cancer, les maladies cardiovasculaires et les affections respiratoires chroniques. Ces populations vulnérables peuvent être visées par des lois et des politiques qui aggravent encore cette marginalisation et qui rendent encore plus difficile l’accès aux services de prévention et de soins. Les discriminations manifestes ou implicites dans la prestation de services de santé constituent une violation des droits fondamentaux. De nombreuses personnes souffrant de troubles mentaux sont placées dans des établissements psychiatriques contre leur volonté, même si elles ont la capacité de prendre des décisions concernant leur avenir. De même, les femmes se voient souvent refuser l’accès aux soins et aux services de santé sexuelle et génésique dans les pays développés et en développement. Il s’agit d’une violation des droits humains profondément enracinée dans les valeurs des sociétés en matière de sexualité des femmes.

Outre le refus de soins, les femmes de certaines sociétés sont parfois contraintes de subir des procédures comme la stérilisation, l’avortement ou des examens de virginité. Une approche fondée sur les droits de l’homme vise à ce que l’ensemble des politiques, des stratégies et des programmes de santé soient conçus de façon à améliorer peu à peu la jouissance par tous du droit à la santé. Les interventions visant à atteindre cet objectif respectent des principes et des normes stricts répertoriés ci-dessous. Disponibilité: Les établissements, les biens, les services et les programmes de santé publique et de soins de santé sont en nombre suffisant.

Comments are closed.