L’industrie dans les régions PDF

L’industrie dans les régions PDF

Le secteur de l’alimentation animale est régi par un ensemble de textes réglementaires qui couvrent, entre autres, l’hygiène des établissements, la mise sur le marché et l’étiquetage des aliments. Les additifs sont des substances qui, incorporées aux aliments des animaux, sont susceptibles d’influencer favorablement les caractéristiques de ceux-ci. 2003 régit les conditions d’autorisation et d’utilisation des additifs en alimentation animale. Cependant, tout doit être fait pour que leur teneur soit suffisamment basse pour empêcher l’apparition d’effets indésirables et nuisibles l’industrie dans les régions PDF l’homme ou l’animal.


L’ambition de l’industrie dans les régions est d’aider tous les acteurs à orienter leur action en disposant d’une information statistique, localisée et cohérente, sur l’industrie et ses performances. Dans une première partie, l’ouvrage compare la situation des régions par grands thèmes : emploi, spécialisations sectorielles, valeur ajoutée industrielle, investissements des grands secteurs, poids et répartition des établissements à participation étrangère, investissements antipollution, consommation d’énergie, recherche. On y trouve également une présentation des pôles de compétitivité labellisés en juillet 2005. Dans une seconde partie, 23 dossiers présentent des données détaillées, par région, par département (y compris d’outre-mer) et par zone d’emploi. Cartes, tableaux et graphiques sont privilégiés et viennent enrichir les commentaires, rédigés par des spécialistes du terrain : les directeurs régionaux de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (Drire).

CE fixe les teneurs maximales admissibles de ces substances et produits indésirables applicables lors de la mise en circulation des matières premières pour aliments des animaux ou des aliments composés pour animaux. Ce dernier encadre également l’utilisation de ces aliments pour animaux, leur conditionnement et leur présentation. 2011 établit quant à lui le catalogueeuropéen des matières premières pour aliments des animaux. Ces textes sont entrés en application le 1er janvier 2006. 2005, portant sur le secteur de l’alimentation animale, instaure une obligation d’enregistrement ou d’agrément de tous les exploitants concernés et impose aux autorités compétentes de publier les listes de ceux-ci. Pour délivrer les agréments ou enregistrements, les DDPP ou les DDCSPP effectuent des inspections afin de vérifier les moyens mis en œuvre par l’établissement. L’installation, le matériel, le personnel, le système de production, le contrôle de qualité, le stockage, le système documentaire, sont contrôlés.

Des prélèvements peuvent également être réalisés pour analyses. Une fois agréés ou enregistrés, les établissements font l’objet de visites régulières. 2005 et recensés par la DGCCRF sont disponibles à l’adresse suivante : economie. 2005 définit les principes d’autorisation pour importer des aliments pour animaux en provenance des pays tiers. Une liste d’établissements des pays tiers autorisés sera établie à terme par la Commission européenne. L’accès au formulaire en pdf et envoi par scan ou par courrier au SIVEP est possible à partir de la même adresse.

2004 fixe les principes relatifs à l’organisation de ces contrôles officiels, notamment dans le domaine de l’alimentation animale. Des plans de surveillance et de contrôle de l’alimentation animale sont menés chaque année afin de vérifier l’absence de substances interdites dans les produits. Les matières premières et les aliments peuvent être contrôlés quelle que soit leur origine, nationale, européenne ou des pays tiers. Un réseau d’alerte européen a été mis en place afin que toute anomalie relevée dans un Etat membre puisse être transmise à l’ensemble des pays de l’Union européenne. Ainsi, les mesures peuvent être prises rapidement par tous les Etats membres concernés par l’alerte. 1960 : création de la Macif le 30 avril, Mutuelle d’assurance des commerçants et industriels de France et des cadres et des salariés de l’industrie et du commerce. Société d’assurances à forme mutuelle, elle a Jacques Mathé comme président et Jacques Vandier comme directeur général.

1972 : Création du premier contrat d’assurance pour les embarcations de plaisance. 1975 : à Saint-Étienne le 8 juin, l’assemblée générale extraordinaire permet aux sociétaires d’être représentés par des délégués élus. 1993 : Création de la Fondation d’entreprise Macif à l’initiative des délégués-sociétaires, devenue en 2000 Fondation d’entreprise du groupe Macif avec pour programme de soutenir le développement de l’innovation sociale sur les territoires. 1997 :Mise en place de Macif Gestion, qui gère les activités d’investissements et notamment des fonds socialement responsables du Groupe. 1999 :La Macif imagine la prestation Solidarité Chômage. Ce dispositif offre la possibilité à un assuré Macif ayant perdu son emploi d’être exonéré, sous certaines conditions, d’une partie de ses cotisations d’assurance.

2003 :Lancement de Macif Sourds, premier dispositif d’assurance en France conçu avec des sourds pour proposer à cette population une véritable égalité de traitement. Macif Sourds s’inscrit dans une démarche globale, Macif Egalis, qui vise à rendre les offres du groupe Macif accessibles aux personnes en situation de handicap. 2005 : projet mutualiste du groupe, « pour une économie solidaire, humaniste et responsable ». Ce document formalise l’ensemble des valeurs, règles morales et principes d’action du Groupe. Aidés, pour une meilleure prise en compte des personnes concernées par la perte d’autonomie.

Comments are closed.