La 3D libre avec Blender : Avec 1 Cd Rom PDF

La 3D libre avec Blender : Avec 1 Cd Rom PDF

Oracle La 3D libre avec Blender : Avec 1 Cd Rom PDF Manage your account and access personalized content. Sign into Cloud Access your cloud dashboard, manage orders, and more. Oracle acquired Sun Microsystems in 2010, and since that time Oracle’s hardware and software engineers have worked side-by-side to build fully integrated systems and optimized solutions designed to achieve performance levels that are unmatched in the industry.


Libérez vos images et animations 3D ! – Modélisez de façon puissante les objets, les composants mécaniques, les formes organiques. – Maîtrisez la modélisation polygonale et les outils de sculpture interactive. – Simulez et animez des personnages, fluides et corps souples (vêtements, fourrure, chevelure…) que vous pouvez sculpter et coiffer. – Habillez-les par des matériaux et des textures peintes ou photographiées. – Jonglez avec l’éditeur de noeuds pour concevoir des shaders complexes et créer des effets spéciaux. Eclairez vos scènes avec réalisme et effectuez le rendu grâce aux meilleurs moteurs libres (interne, Yafaray, Sunflow, LuxRender). – Profitez de l’un des meilleurs systèmes de particules dotés d’intelligence artificielle (boids) pour simuler des comportements (bancs de poissons, proie et prédateur, éclaboussures…). – Montez vos animations directement dans Blender. – Echangez avec d’autres applications via divers formats image, vidéo ou moteurs de jeux (3D Studio, Collada, LightWave, XSI, DirectX, VRML, Doom 3, Quake 3, PNG, JPEG, TARGA, AVI…). En annexe : Raccourcis clavier • Indices de réfraction • Les scripts Python Webographie • Licence GPL.

Graphique, de façon à la transformer, à en modifier la taille, les couleurs, d’y ajouter ou d’en supprimer des éléments, d’y appliquer des filtres variés, etc. Lorsqu’une image possède une composante temporelle, on parle d’animation. Dans le cas des images à trois dimensions, les points sont appelés des  voxels . Ces cas sont une généralisation du cas 2D, la dimension supplémentaire représentant respectivement le temps, une dimension spatiale ou une échelle de résolution. Il s’agit d’un cas particulier dans lequel on travaille par couples d’images, ces derniers pouvant être de n’importe lequel des types précédents.

Le principe est de représenter les données de l’image par des formules géométriques qui vont pouvoir être décrites d’un point de vue mathématique. Cela signifie qu’au lieu de mémoriser une mosaïque de points élémentaires, on stocke la succession d’opérations conduisant au tracé. L’avantage de ce type d’image est la possibilité de l’agrandir indéfiniment sans perdre la qualité initiale, ainsi qu’un faible encombrement. Les images matricielles sont également définies par leur définition et leur résolution.

La définition d’une image est définie par le nombre de points la composant. Cependant, pour une même dimension d’image, plus la résolution est élevée, plus le nombre de pixels composant l’image est grand. Le nombre de pixels est proportionnel au carré de la résolution, étant donné le caractère bidimensionnel de l’image : si la résolution est multipliée par deux, le nombre de pixels est multiplié par quatre. YUV, Y représentant la luminance, U et V deux chrominances orthogonales. Les images bitmap en couleurs peuvent être représentées soit par une image dans laquelle la valeur du pixel est une combinaison linéaire des valeurs des trois composantes couleurs, soit par trois images représentant chacune une composante couleur.

Le codage de la couleur est réalisé sur trois octets, chaque octet représentant la valeur d’une composante couleur par un entier de 0 à 255. Ces trois valeurs codent généralement la couleur dans l’espace RVB. Les images bitmap basées sur cette représentation peuvent rapidement occuper un espace de stockage considérable, chaque pixel nécessitant trois octets pour coder sa couleur. Pour réduire la place occupée par l’information de couleur, on utilise une palette de couleurs  attachée  à l’image. Selon le nombre de couleurs présentes dans l’image, on peut ainsi gagner une place non négligeable : on considère en pratique que 256 couleurs parmi les 16 millions de couleurs 24 bits sont suffisantes.

Comments are closed.