La culture sanitaire et sociale en 70 fiches PDF

La culture sanitaire et sociale en 70 fiches PDF

La rade de Lorient vue du ciel. Cité portuaire encore active et arsenal maritime au fond de la rade de Lorient, la ville est au cœur de l’unité urbaine de Lorient qui est la plus importante du département et la classe au troisième rang en région Bretagne. Lorient est créée en 1666 dans un domaine appelé  l’Enclos  et se la culture sanitaire et sociale en 70 fiches PDF en dehors de celui-ci.


Vous voulez réussir le concours d’entrée dans une école paramédicale ou sociale ? devenir infirmier, aide-soignant, auxiliaire de puériculture ? ou alors assistant de service social, éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants ? Tous ces concours comportent une ou deux épreuves, écrites ou orales, portant sur la culture sanitaire et sociale. Malgré l’absence de programme réglementaire, ces épreuves exigent l’exploitation de références, de faits, d’arguments variés, précis et exacts. C’est pourquoi un travail d’acquisition et de révision des connaissances s’impose. Les 70 fiches sont regroupées autour de 14 thèmes également répartis entre les deux domaines sanitaire et social. Leur sélection s’est faite selon une méthode volontairement empirique qui a consisté à les dégager des annales des principaux concours. Chaque thème fait l’objet d’une synthèse et comprend cinq fiches dont le plan est apparent et dont la dernière page propose cinq dates, cinq chiffres, cinq définitions ou cinq textes à retenir, ou encore des analyses à méditer.

Kerentrech, Merville, La Perrière, Calvin et Keryado constituent les faubourgs de la ville. L’ensemble est clos par des murailles érigées en 1744. La ville s’étend en absorbant le faubourg de Kerentrech en 1791 et celui de Merville en 1808. Carte géologique de la région lorientaise. C le 10 août 2003 lors de la canicule. Lorient 1981 – 2010 Mois jan. La présence de monuments mégalithiques confirme le peuplement du pays de Lorient à partir de 3 000 ans av.

Elle reçoit par une ordonnance de Louis XIV de juin 1666, des terres à Port-Louis ainsi que de l’autre côté de la rade au lieu-dit du Faouédic. L’implantation est plusieurs fois menacée d’abandon les années suivantes, mais en pleine guerre de Hollande, la Compagnie des Indes décide en 1675 d’abandonner sa base du Havre, trop exposée en temps de guerre, et d’y transférer ses infrastructures. La ville se développe en dehors du périmètre de l’Enclos à la suite d’un arrêt de 1700 qui oblige les populations à quitter les abords de celui-ci pour s’installer sur la grande lande du Faouédic. En 1709, la paroisse de Lorient est créée à partir de celle de Ploemeur.

La ville connait une nouvelle période de croissance lorsque John Law de Lauriston crée la Compagnie perpétuelle des Indes en rachetant plusieurs autres compagnies commerciales, et qu’il choisit Lorient comme base pour ses opérations. La ville profite de la prospérité de la Compagnie, et l’on compte 14 000 habitants en 1738, et 20 000 en comptant la population des faubourgs de Kerentrech, Merville, La Perrière, Calvin, et Keryado. En 1735, on trace de nouvelles rues tirées au cordeau dans l’intramuros, et en 1738 la ville acquiert le statut de communauté de ville. La guerre d’indépendance américaine amène à celle-ci un surcroit d’activité à partir de 1775, et plusieurs corsaires utilisent la ville comme port d’attache. Le tramway de Lorient sur le Pont tournant, vers 1917. Restauration et la Monarchie de Juillet.

La première forme de radoub est agrandie et une deuxième est ouverte en 1861. La marine de guerre rapidement accroissait les tonnages et le tirant d’eau de ses unités. Le port de pêche se développe après la guerre de 1914-1918 : l’apparition du moteur sur les bateaux de pêche rend Lorient aussi compétitif que Groix et Étel. Le port de pêche de Kéroman est créé à partir de 1920. En 1898 est créé le réseau du tramway de Lorient développant plusieurs lignes à travers la ville.

Comments are closed.