La fille de la Joconde 1 : À l’ombre des Rois PDF

La fille de la Joconde 1 : À l’ombre des Rois PDF

Vue aérienne du château depuis le plein Est. Chambord est le seul domaine royal encore la fille de la Joconde 1 : À l’ombre des Rois PDF depuis sa création.


Promise à Henri, fils de François 1er, la jeune Catherine de Médicis quitte l’Italie pour s’installer en France, où elle se prête un peu malgré elle aux jeux et aux intrigues de la cour. Heureusement, sa fidèle sœur de lait Francesca et leur nourrice Mona Lisa, surnommée la Joconde, l’accompagnent en veillant sur elle pendant cette transition.

Francesca n’a rien d’une femme conventionnelle. La fille de la Joconde s’avère en effet une combattante supérieure à bien des soldats du château et on la désigne rapidement «garde du corps» de Catherine. Les railleries des hommes et les regards hautains des courtisanes pleuvent sur la fougueuse demoiselle, qui emprunte de surcroît la tenue réservée aux chevaliers du roi.

Prodigieux savant et allié des deux sœurs de lait, le prophète Nostradamus leur présentera un inestimable cartable rouge que lui a confié le roi. Les documents qu’il contient pourraient bien assurer le salut de l’humanité. Car, au-delà de ce qui se trame derrière les murs du château, c’est le royaume en entier qui croule sous les hostilités entre catholiques et protestants, traduites en guerre contre l’Espagne.

Malgré sa grande sagesse, Mona Lisa ne se serait imaginé que la sauvegarde de ce cartable, et donc de la civilisation dans son ensemble, incomberait à ses deux jeunes protégées…

Blois, le département de Loir-et-Cher et la région Centre-Val de Loire. La route départementale 33 traverse le domaine. La sortie 16 de l’autoroute A10 est située à 14 km au nord du château. Portrait de François Ier, réalisé par Jean Clouet vers 1525. En 1516, François Ier, roi de France depuis 1515, auréolé de sa victoire à Marignan, décide la construction d’un palais à sa gloire, à l’orée de la forêt giboyeuse de Chambord. Pavie et l’incarcération du roi à Madrid, le chantier reprend à partir de 1526.

Le roi modifie son projet par l’adjonction de deux ailes latérales au donjon primitif, dont l’une doit accueillir son logis. L’aile royale à la pointe Nord de l’enceinte du château est achevée en 1544. Les travaux de l’aile de la chapelle se poursuivent sous le règne d’Henri II, mais ils sont interrompus par sa mort en 1559. La période qui suit ne bénéficie pas au château. Les séjours royaux se raréfient pendant une centaine d’années, alors que l’édifice continue de susciter l’admiration de ses visiteurs. Chambord se révèle trop éloigné des lieux de séjours habituels de la Cour et semble promis à une lente disparition. Henri III, puis Henri IV, n’y résident pas et n’y entreprennent pas de travaux.

Tableau représentant le château et son domaine réalisé en 1722 par Pierre-Denis Martin. Plan du rez-de-chaussée du château de Chambord et de ses abords, s. Louis XIII ne se rend que deux fois à Chambord. La première fois en 1614, à l’âge de treize ans. 1639, le château est occupé par le frère du roi exilé dans le Blaisois.

Mais la chapelle demeure toujours sans toiture à cette époque. Il faut attendre l’avènement de Louis XIV pour que soit achevé le projet de François Ier. Le Roi-Soleil comprend le symbole que représente Chambord, manifestation du pouvoir royal, dans la pierre et dans le temps. Louis XIV fait aménager, au premier étage du donjon, le long de la façade nord-ouest donnant sur le parc, un appartement, comprenant une antichambre, un salon des nobles et une chambre de parade.

Comments are closed.