Le Couple ou le dialogue inconscient PDF

Le Couple ou le dialogue inconscient PDF

Si ce bandeau n’est le Couple ou le dialogue inconscient PDF pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ? Le refoulement est également l’un des concepts majeurs de la psychanalyse développés par Sigmund Freud. Car l’idée essentielle de Freud est qu’il est nocif de réprimer un souvenir ou une pulsion sans en avoir conscience et que la prise de conscience est libératrice .


Depuis plus de dix ans, Danielle Bastien reçoit des couples en entretiens analytiques, et son ouvrage est né d’une observation clinique. En dehors des rapports conjugaux instaurés consciemment et matériellement pour chaque couple, se créent, au fil du temps, d’autres rapports bien dissimulés sous les premiers. Espace commun mais occulté, lieu d’échanges et de débats entre deux histoires fantasmatiques, cette communauté psychique constitue le couple dans ses fondements les plus profonds, construit ses enjeux et lui assigne son destin. Danielle Bastien expose, de façon vivante, des cas très représentatifs d’une donnée jusqu’alors peu explorée : la rencontre initiale, la vie partagée, le poids du passé et des familles, la naissance des enfants et les modifications qui en résultent pour chaque conjoint, tous ces aspects sont resitués, au-delà du discours manifeste, dans la dynamique d’un dialogue des profondeurs. Ainsi prend place, dans un cadre théorique magistralement brossé, une réalité dont chacun pressent la justesse et la portée, celle de l' »inconscient du couple « .

Freud dans son livre Cinq leçons sur la psychanalyse. Pour la psychanalyse, le refoulement est vu comme un mode de défense privilégié contre les pulsions. Répression : un désir vient de l’inconscient, passe dans la conscience et est renvoyé dans l’inconscient. Refoulement : un désir essaie d’accéder à la conscience et est renvoyé dans l’inconscient sans avoir pu y accéder. La pulsion ne saurait être refoulée, au sens où le désir demeure quoi que le sujet pense de son désir. Le refoulement est un mécanisme de défense, mais il n’annihile pas la pulsion — le sujet ne fait que s’en défendre et refuser de se la représenter.

L’affect ne saurait, lui non plus, se voir refoulé. Ces représentations n’évolueront pas avec le reste de la personnalité, mais demeureront telles quelles. La première topique opère la distinction entre conscient, préconscient et inconscient. Le refoulement peut caractériser les rapports qu’entretiennent les instances de l’appareil psychique. Ces instances, lieux métaphoriques, désignent des pôles de la personne psychique. Le moi entraîne le refoulement, il dirige les mécanismes de défense.

Le refoulement est opération défensive du moi. Le refoulement décrit jusqu’ici se précise comme refoulement secondaire : on a vu que le refoulement était le fait qu’une représentation rejoigne l’inconscient. Néanmoins, l’inconscient a son histoire, il provient d’un acte psychique qui inaugura la névrose. Ce terme de refoulement a été utilisé pour expliquer un fait constaté : la résistance. S’il y a le phénomène visible de la résistance c’est parce que le résistant ne veut pas voir ce qu’il se cache. Il préfère donc la dissimulation ou le déni, signe qu’il y contribue. Il y a une force d’oubli : le refoulement.

Se pose alors la question de la nature de ce principe causal. Jusqu’à présent la psychanalyse discerne dans ces formations inconscientes un savoir énigmatique, constitué par un matériel littéral, en lui-même dépourvu de signification, savoir qui ne se livre pas facilement, et qui reste donc à décrypter par le travail de libre association de l’analyse. Lors du retour du refoulé, l’inconscient s’extériorise comme une saillie incongrue dans le discours conscient. Lacan, et obéit à ce que Freud nomme le processus primaire de pensée — les mécanismes en œuvre ici étant la condensation et le déplacement — renvoyant à la métaphore et à la métonymie.

Comments are closed.