Le plaisir de lire expliqué aux parents PDF

Le plaisir de lire expliqué aux parents PDF

Cette page le plaisir de lire expliqué aux parents PDF des cadres, mais votre navigateur ne les prend pas en charge. Des tribulations de cette sorte, les usagers des transports quotidiens en rencontrent régulièrement. Quel que soit leur moyen de transport : voyageur dans un train lorsque survient une panne de signalisation, passager ratant un bus passé avec deux minutes d’avance, automobiliste coincé dans les bouchons, cycliste face à un obstacle sur la piste cyclable, piéton confronté à l’absence de trottoir, etc.


Dans un contexte de pleine vitalité de la littérature jeunesse, les familles sont plus que jamais en quête de repères et d’idées. Donner le goût de la lecture aux enfants, loin d’être seulement une affaire de professionnels, est également une mission parentale. Si certains domaines, comme l’apprentissage de la lecture et ses mécanismes, doivent rester réservés aux enseignants, les parents ont un rôle indéniable à jouer auprès de leurs enfants pour les encourager à découvrir les livres. Dialogue, accompagnement, complicité sont autant de moyens de faire accéder son enfant au plaisir des images et des textes. Ce guide, à la fois théorique et pratique, offre aux parents des conseils et des moyens efficaces pour faire lire leurs enfants. A la lumière de la recherche actuelle en matière de lecture, il s’appuie sur des cas concrets rencontrés. Une première partie apporte des réponses simples aux questions complexes portant sur l’itinéraire de lecture d’un enfant, les difficultés qu’il peut rencontrer, les idées fausses en matière d’aide ou de frein à sa conquête de la lecture. La seconde partie, constituée de six chapitres, traite des pratiques de lecture à encourager selon les tranches d’âge : petite enfance, maternelle, apprentissage de la lecture, cycle 3, début du collège, adolescence. Les parents découvriront dans cet ouvrage une multitude d’activités pour tous les âges, réalisables par tous, et des exemples de livres pour la jeunesse que l’on peut emprunter ou se procurer facilement. Ainsi contribueront-ils de façon active à forger l’identité de lecteur de leurs enfants, et à les doter d’un bagage précieux pour l’avenir.

Ces mésaventures ne sont pas anecdotiques. Ainsi, le traitement médiatique des transports ne peut se limiter à la célébration des grandes infrastructures, au remplacement d’une énergie par une autre, à l’attente énamourée de la voiture qui se conduit toute seule, ni à la croyance en une technologie rédemptrice. Mais au-delà de ces chiffres impressionnants, la manière dont nous nous déplaçons a également de nombreuses incidences sur nos modes de vie, notre environnement, le territoire. Se déplacer n’est jamais gratuit, quel que soit le sens qu’on donne au mot gratuit. Cela mobilise, le cas échéant, du personnel, implique le fonctionnement d’infrastructures, génère des nuisances, modifie l’urbanisme et modèle jusqu’à la forme et la nature des villes. C’est tout ceci, et un peu plus, que j’aborde sur ce blog, au rythme d’environ un post par semaine, depuis mars 2012.

Cet exercice n’a pas la prétention de suivre de manière exhaustive l’actualité des transports. Il cherche à apporter un regard différent, décalé. Je travaille comme journaliste free-lance depuis 1999, et, de manière plus ou moins régulière pour Le Monde depuis 2003. J’écris également pour d’autres magazines et journaux, dont le mensuel Géomètre, et j’anime des conférences. Au fil du temps, cet intérêt m’a amené à rédiger des ouvrages. En France, depuis le début des années 2000, il est un phénomène qui s’aggrave d’année en année, celui de la dévitalisation des villes moyennes, en particulier à travers la multiplication des vitrines vides.

Cette situation résulte directement de la manière dont on aménage le territoire, et d’une série de mauvaises décisions en matière de déplacements. Au fil des années, ce blog a évolué. Le manque de temps ne me permet plus de traiter de manière approfondie les transports franciliens, qui le mériteraient pourtant. Au fil du temps, une nouvelle rubrique est apparue, consacrée aux villes et territoires, en lien, la plupart du temps, avec la mobilité. Lorsqu’un post est publié, il est d’abord placé sur la page Facebook de L’interconnexion n’est plus assurée. Les commentaires sont libres, à condition de ne pas verser dans la publicité commerciale ou l’insulte. Il est cependant recommandé de faire court et de ne pas répéter à l’infini les mêmes arguments, au risque de lasser.

Comments are closed.