Le sanglot de l’homme blanc : Tiers-monde, culpabilité, haine de soi PDF

Le sanglot de l’homme blanc : Tiers-monde, culpabilité, haine de soi PDF

Pascal Bruckner passe son enfance entre l’Autriche, la Suisse et la France. Un bon fils, publié en 2014. Dans Un bon fils, il évoque l’extrême violence physique exercée par le sanglot de l’homme blanc : Tiers-monde, culpabilité, haine de soi PDF père à l’encontre de sa mère et de lui-même.


Danièle Thomson et petite-fille du réalisateur Gérard Oury. Depuis 1986, il enseigne dans des universités américaines, notamment celle de New York. Outre ses activités d’écrivain, Pascal Bruckner est éditeur chez Grasset. Il collabore au Nouvel Observateur, au Monde et à Causeur. Comme il l’explique dans Un bon fils, il est, dans les années 1970, proche des mouvements gauchistes, plutôt libertaires, et sympathisant du Parti socialiste unifié. Il fait partie, à cette époque, des  nouveaux philosophes . En 1986, Guy Hocquenghem le critique dans sa Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary.

De 1983 à 1988, il est membre du conseil d’administration d’Action contre la faim. Croatie d’abord, puis en Bosnie et au Kosovo. En mars 2003, favorable à la destitution de Saddam Hussein, il appuie la guerre d’Irak lancée par le gouvernement de George W. Autrefois de gauche, il soutient Nicolas Sarkozy pour le second tour de l’élection présidentielle de 2007. Il dira plus tard en avoir été déçu. En novembre 2013, il signe le  Manifeste des 343 salauds  publié par la revue Causeur, qui défend les hommes faisant appel aux services de prostituées. Invité de l’émission  C Politique  de France 5 le 22 octobre 2017, Pascal Bruckner est interrogé sur l’écriture inclusive qu’il qualifie de  mélange de crétinisme et de totalitarisme .

La Tyrannie de la pénitence : Essai sur le masochisme Occidental, Grasset, 2006 Prix Montaigne. Lunes de fiel, Seuil, 1981 Adapté au cinéma par Roman Polanski. Qui de nous deux inventa l’autre ? Les Voleurs de beauté, Grasset, 1997 Prix Renaudot. Bruckner est un patronyme germanique signifiant  pontonnier  et porté originellement aussi bien par des protestants que par des juifs. Hors des pensées battues , Luc Le Vaillant, Libération. L’histoire de son père nazi, Myboox.

Comments are closed.