Le savant dans les lettres PDF

Le savant dans les lettres PDF

Le savant dans les lettres PDF volet d’un billet en deux parties sur la justice administrative, dont je parle trop peu, et les politiques, pas du tout, alors qu’elle le mérite amplement. Tout d’abord, voici un aperçu historique de cette dichotomie absolument fondamentale en droit français, et qui est assez unique au monde. Mais avant de revenir aux origines, définissons un peu : qu’est ce que cette séparation, que signifie-t-elle ?


Les érudits ne sont pas seulement ceux qui « font avancer la science »en laissant à d’autres le soin de populariser les « arides » matières sur lesquelles ils travaillent. Ils ont été, et ils sont encore, dans bien des cas, les artisans de la réémergence de larges pans de la culture mondiale dans l’imaginaire du grand public. N’en déplaise à certains, l’érudition n’est pas toujours l’ennemie du plaisir esthétique et, dans le cas du Moyen Age, en particulier, le rôle joué par nombre d’universitaires et d’érudits dans la réapparition de la civilisation et de la littérature médiévales à l’horizon de notre quotidien est considérable. Les communications réunies ici, issues d’un colloque de l’Association « Modernités médiévales » qui s’est tenu à Lausanne du 21 au 23 octobre 2010 évoquent un très large spectre de pratiques : écrivains frottés d’érudition, savants tentés par la littérature ou simplement poussés par un goût vif et empathique de la vulgarisation, érudits désireux de construire des passerelles entre le passé et le présent. Toutes ces évocations sont encadrées par les témoignages directs de deux grands érudits (Michel Zink et Paul Verhuyck) qui n’ont pas jugé indigne d’écrire eux-mêmes des romans.

Cette interdiction est absolue, et comme tout ce qui est absolu en France, connaît des exceptions. Il est incompétent, et doit refuser de juger. Sous l’ancien code pénal, s’immiscer dans les affaire de l’administration était pour un juge le crime de forfaiture. C’est là que l’Histoire nous éclaire. Cette séparation remonte à la Révolution française.

Mais qu’est ce qui a provoqué la réunion des Etats Généraux ? Une guerre que livraient les juges au roi. Cette formalité administrative, condition de l’applicabilité de la loi, a été dévoyée par les magistrats qui se permirent de commenter le texte, et, avant de l’enregistrer, d’adresser des remontrances au roi, lui demandant de modifier tel et tel point. Louis XVI le renvoya, et rétablit les anciens usages, croyant ainsi calmer la fronde des magistrats. Maupeou dit à cette occasion :  J’avais fait gagner au roi un procès qui dure depuis trois cents ans. Il veut le reperdre, il en est le maître. Etats Généraux se réunissent pour les approuver, comme c’était le cas lors de la Guerre de Cent Ans.

Face à ce blocage, le roi n’eût d’autre choix que de réunir les Etats Généraux. Je simplifie un peu, la réunion des Etats de 1789 eût d’autres causes, mais nous devons rester dans le sujet. Les révolutionnaires arrivés au pouvoir n’ont pas oublié que les juges avaient paralysé le pouvoir royal et contraint à la réunion des Etats. Loin de leur en savoir gré, ils ont compris que leurs belles lois seraient également lettres mortes si les parlements se permettaient de les discuter, de leur faire des remontrances, ou d’annuler leurs décisions. C’était pour eux hors de question.

Comments are closed.