Le Vieillissement du cerveau : Parkinson, Alzheimer et autres démences PDF

Le Vieillissement du cerveau : Parkinson, Alzheimer et autres démences PDF

Sa le Vieillissement du cerveau : Parkinson, Alzheimer et autres démences PDF est souvent liée à l’alcoolisme chronique. Elle peut être due plus rarement à certaines formes de sévères malnutritions.


Dans les pays industrialisés, la contrepartie de la très forte augmentation de l’espérance de vie semble être le nombre croissant de personnes touchées par les maladies liées au vieillissement, en particulier les démences : on estime que 40 % des personnes âgées de plus de 80 ans (surtout des femmes) sont susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer, par exemple. Comment prévenir, détecter ou guérir ces maladies, nouveaux fléaux des sociétés modernes ? A l’explication du déclin cognitif et de la perte de la mémoire dans les vieillissements  » normal  » et pathologique succède ici l’examen des thérapies les plus prometteuses immunothérapie de l’Alzheimer, implantation d’électrodes profondes dans certains cas de Parkinson, utilisation de cellules-souches… Cette nouvelle édition d’un ouvrage de référence (Vieillissement du cerceau et démences, 1998) est accessible au lecteur non spécialiste.

C’est une complication de l’encéphalopathie de Wernicke, bien que chez certains patients la maladie soit passée totalement inaperçue. Une enquête épidémiologique du syndrome de Korsakoff effectuée à La Haye, Pays-Bas, en 1987 révèle une prévalence de 4,8 pour 10 000 habitants. L’âge moyen des patients était de 62 ans. Le tableau est complété par des myokimies fasciculations et souvent troubles du sommeil et troubles dysautonomiques. Dans les cas les plus typiques, il n’y a pas d’autres troubles cognitifs.

Plus que d’une typologie spécifique du syndrome de Korsakoff, certains auteurs, à la suite de R. Wernicke au syndrome de Korsakoff en passant par un syndrome intermédiaire, le syndrome de Wernicke-Korsakoff. Il existe des troubles de la mémoire de travail aussi bien chez les patients avec un syndrome de Korsakoff que chez les patients alcooliques sans complications neurologiques. Une IRM peut retrouver une lésion dans le système limbique, au niveau des corps mamillaires, des noyaux thalamiques dorso-médian et antérieur, ainsi qu’aux noyaux septaux.

Ce n’est pas un examen fait en routine. Le syndrome de Korsakoff apparaît à la suite d’épisodes d’encéphalopathie de Wernicke répétés. L’alcool active les récepteurs du GABA, inhibiteurs, et inhibe les récepteurs du glutamate, excitateurs. Ces mécanismes expliquent son effet sédatif.

Classiquement, le syndrome de Korsakoff est décrit comme un syndrome amnésique diencéphalique avec une impossibilité d’apprendre des évènements récents. Au début, on pensait que les patients avec un syndrome de Korsakoff utilisaient les fabulations pour combler les trous de mémoire. Cependant, on a montré que la fabulation et l’amnésie ne sont pas nécessairement présentes toutes les deux. Des études ont montré qu’il y a une dissociation entre les fabulations provoquées, des fabulations spontanées et des fausses mémoires. L’amnésie antérograde, c’est-à-dire l’impossibilité d’apprendre de nouvelles choses, est donc l’atteinte cognitive au premier plan dans cette pathologie.

Comments are closed.