Les anges maudits de Tourlaville PDF

Les anges maudits de Tourlaville PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Julien et Marguerite de Ravalet sont les enfants de Jean III de Ravalet, seigneur de Tourlaville. Julien de Ravalet naît en les anges maudits de Tourlaville PDF et Marguerite en 1586 au sein d’une famille qui compte onze frères et sœurs. Rapidement, leur complicité fraternelle se mue en relation incestueuse, qui contraint leurs parents à les séparer. Ils envoient Julien au collège de Coutances à treize ans.


Une histoire d’amour terrifiante et véridique. Julien et Marguerite, enfants du seigneur de Tourlaville, s’aimaient passionnément malgré l’interdit, la raison, Dieu… Frère et sœur, ils furent jugés et exécutés pour adultère et inceste en 1603.

Julien et Marguerite sont frère et sœur. Inséparables. D’une exceptionnelle beauté. Leurs innocents jeux d’enfants laissent vite place à une singulière attirance. En dépit des mises en garde, de l’interdit, de la religion, des séparations, ils cèdent malgré eux à une passion dévastatrice et coupable.

Marguerite est mariée de force à treize ans avec le seigneur de Hautpitois, bien plus âgé et auprès duquel, battue, violée, séquestrée, elle vivra un véritable calvaire. Mais les deux adolescents vont se retrouver tels deux aimants appelés l’un vers l’autre, et commettre l’impardonnable adultère. Ils fuient, le mari furieux à leurs trousses, traversant la Bretagne, le Maine, l’Anjou jusqu’à Paris où ils espèrent se fondre dans l’anonymat des rues grouillantes. Ils y sont attrapés, jugés, condamnés à mort et guillotinés devant une foule horrifiée.

Son mariage n’est pas heureux et elle fuit le château conjugal, pour retrouver son frère. Ils se cachent à Fougères puis à Paris. Malgré une requête de grâce de leur père, ils sont exécutés le 2 décembre 1603 au matin, en place de Grève à Paris, après que Marguerite a accouché. Ils sont enterrés dans l’église Saint-Jean-en-Grève, avec l’épitaphe :  Ci-gisent le frère et la sœur. Passant ne t’informe pas de la cause de leur mort, mais passe et prie Dieu pour leur âme. Après l’exécution, leur père et leur oncle, abbé de Tourlaville ou de Hambye, multiplient les actes de bienfaisance envers les pauvres et les dotations aux églises. Ainsi, Jean fait construire en 1625 un couvent de bénédictines au 17 rue au Fourdrey à Cherbourg, dont Charlotte de La Vigne, sœur de l’épouse de Jean, est la première abbesse.

Un tableau attribué à Pierre Mignard, Marguerite et les amours, représente une châtelaine entourée d’angelots, mais n’en regardant qu’un, aux ailes rouge sang, et en disant :  un me suffit . Le drame a inspiré François de Rosset dans l’Histoire VII des Histoires Tragiques, ainsi que Jules Barbey d’Aurevily, avec Une page d’histoire. Barbey d’Aurevilly fait une lecture byronnienne de l’aventure, le titre original de l’histoire était d’ailleurs « Le Retour de Valognes. 1973 puis repris en 2015 par Valérie Donzelli sous le titre « Marguerite et Julien », avec Anaïs Demoustier et Jérémie Elkaïm. L’histoire de Marguerite et Julien de Ravalet sert d’inspiration à la série de romans La Florentine de Juliette Benzoni, dont le premier tome est paru en 1988.

La plus récente représentation en a eu lieu le 16 mai 2016, à l’Usine-C, à Montréal, une coproduction de la Société de musique contemporaine du Québec et Ubu compagnie de création, dans une mise en scène de Denis Marleau. Paul Le Cacheux Le procès des Ravalet Saint-Lô 1911. Jean Fleury et Hippolyte Vallée, Cherbourg et ses environs : nouveau guide du voyageur à Cherbourg, Cherbourg, Impr. Jacques Petit, Barbey D’Aurevilly, Œuvres complètes, textes présentés et annotés par Jacques Petit, vol. II, Paris, Gallimard, 1966, 1707 cf p. Julien et Marguerite, Le cinéma à quatre mains, Bibliothèque du film de Paris.

L’Histoire de Marguerite et Julien de Ravalet, Elina Bécot, site de l’école supérieure d’agriculture d’Angers . Marguerite et Julien de Ravalet, Site de la ville de Cherbourg-Octeville, , consulté en 2007. Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos,  8 septembre 1603. Le Point, 8 septembre 2012 . Rechercher les pages comportant ce texte.

Comments are closed.