Les nouvelles conceptions de la matière et de l’atome PDF

Les nouvelles conceptions de la matière et de l’atome PDF

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. Dans le champ des sciences, le concept d’émergence permet de décrire la réalité de façon moniste, sans pour autant tomber dans le seul réductionnisme. Les nouvelles conceptions de la matière et de l’atome PDF deux exemples classiques de phénomènes proposés comme émergents sont la conscience, comprise comme une propriété émergente du cerveau, et la vie, entendue comme une propriété émergente de la physico-chimie des organismes vivants.


309 pp in 8 Quelques figures dans le texte couverture cartonnée couverture cartonnée orange couverture pliée

Physicalisme : tout ce qui existe peut se réduire en dernière analyse aux constituants décrits par la physique, et à leurs aggrégats. Irréductibilité de l’émergence : les propriétés émergentes sont irréductibles, et ne peuvent être déduites des phénomènes de bas niveaux à partir desquels elles émergent. Cela distingue une entité émergente d’un épiphénomène, qui n’a pas d’influence causale. P survient des propriétés de ses parties O. P n’est pas une propriété des objets O. P est distinct de toute propriété structurelle des objets O. Dans le cas des molécules d’eau, leur cristallisation en glace est un phénomène qui n’appartient ni à l’hydrogène, ni à l’oxygène, ses constituants.

Il s’agit toutefois d’un phénomène qui peut s’expliquer à partir des propriétés de l’hydrogène et de l’oxygène. Par opposition à l’émergence faible qui, pour sa part, insiste sur le fait que les causes ultimes de tout phénomène, même émergent, se situent fondamentalement au niveau micro-physique. C’est l’existence de telles propriétés émergentes fortes qui est discutée : l’impossibilité, dans tout système complexe, de voir le lien causal entre le niveau micro et le niveau macro pourrait résulter des limites de l’être humain. En physique et en chimie, le meilleur niveau d’explication reste celui qui sous-tend le phénomène collectif.

La température n’est en rien  davantage  que l’agitation erratique d’un ensemble de particules. Ces structures peuvent même être perçues et décrites par ces théories comme des agents causaux. Les automates cellulaires sont une illustration du phénomène d’émergence faible. L’émergence est un phénomène physicaliste, c’est-à-dire qu’il peut être expliqué par les propriétés physiques, chimiques ou biologiques de la matière. Anatomie : des considérations sur l’apparition de variantes de l’œil dans plusieurs branches très différentes de la classification du vivant incitent à penser que l’apparition de l’œil fait partie des propriétés émergentes prévisibles là où existe une source lumineuse.

Il utilise pour cela des simulations sur ordinateur. Par exemple, par le fait qu’un termite ait plus de chance de déposer une motte de terre en un lieu où il y en a déjà, on verra émerger la construction d’une termitière au sein d’un groupe de termites. Intelligence artificielle : des robots programmés avec des règles simples peuvent avoir des comportements émergents :  An agent typically has certain sensory-motor abilities, i. Botanique : les brousses tigrées sont des communautés végétales caractérisées par une structure spatiale périodique dite émergente. Médias : les technologies Internet présentent des phénomènes d’émergence. Neurosciences : des règles simples d’interactions neurales implantées comme des règles d’apprentissage non-supervisé permettent de voir l’émergence de structures complexes.

Ce n’est plus une somme de comportements simples, mais le résultat d’une interaction entre ces comportements et la complexité du système. C’est avec le philosophe britannique Samuel Alexander que la notion d’émergence apparaît pour la première fois, à la fin des années 1910, comme un concept philosophique central au cœur d’un véritable système métaphysique. Alexander place l’Espace et le Temps à la base de ce système, chacun d’eux étant concevable séparément, bien qu’ils soient à l’origine équivalents. Morgan distingue également les processus émergents des simples relations de causalité entre les phénomènes. Morgan défend également le principe de  niveaux de réalité . Morgan propose alors une image verticale de l’émergence, du bas vers le haut, avec un diagramme qui dépeint ce qu’il appelle un  schème pyramidal . Morgan explique que cette pyramide est synoptique dans le sens où elle est censée comprendre toutes les entités naturelles, depuis les atomes et les molécules à la base du monde jusqu’aux êtres humains en haut, en passant par les minéraux, les plantes et les animaux.

Toute entité dans le monde doit appartenir à un seul et unique niveau, dans un système hiérarchisé qui comprend tout. Comme Samuel Alexander dont il s’inspire, C. Lloyd Morgan considère l’émergence du point de vue évolutif. Mais il s’oppose au principe de continuité darwinien et associe l’émergence à des  sauts  évolutifs.

Comments are closed.