Mémoires d’un inventeur : De la photographie 35 mm au rétroprojecteur 1876-1962 PDF

Mémoires d’un inventeur : De la photographie 35 mm au rétroprojecteur 1876-1962 PDF

Le format 35 mm est la pellicule la plus utilisée du cinéma argentique. Développé initialement pour le cinéma, ce format de pellicule a été par la suite adopté par la photographie argentique sous l’appellation  petit format , dans un conditionnement pratique, la cartouche 135. La version initiale de la première caméra de cinéma fonctionne avec le ruban Eastman mémoires d’un inventeur : De la photographie 35 mm au rétroprojecteur 1876-1962 PDF en 19 mm de large, doté sur un seul bord d’une rangée de 6 perforations rectangulaires, au défilement horizontal.


Étienne Mollier (1876-1962) est né à Saint Laurent du Pont, dans le Dauphiné. Fils de boulanger, il lui fallut choisir un métier à quinze ans, avec en poche le seul certificat d’études. La mécanique le fascinait et, monté à Grenoble, il découvrit avec enthousiasme les moteurs, l’électricité puis la mécanique de précision. C’est à Paris qu’il réalisa toutes les possibilités qu’offrait le domaine de l’optique et de la photographie, qui l’avait toujours passionné. En 1910, il reçoit la médaille d’or du concours Lépine pour le Cent-Vues, le premier appareil photographique de petit format utilisant le trente-cinq millimètres. Ce sera le début d’une longue série d’inventions. Vers 1937, avec l’  » Omniscope horizontal « , il va mettre au point le premier rétroprojecteur. Les mémoires d’Étienne Mollier nous plongent dans le monde foisonnant des inventeurs, au tout début du XXe siècle.

Edison protège le Kinétographe et le dessin des rangées de perforations par des brevets internationaux. C’est pourquoi des industriels avisés comme les frères Lumière préfèrent en 1895 adopter un autre format,  maison , le 35 mm à une seule perforation ronde de chaque côté du photogramme. En 1927, la mise au point de l’enregistrement argentique du son directement sur une pellicule 35 mm et de sa reproduction en piste sonore optique à côté des photogrammes, entre l’image et l’une des rangées de perforations, modifie le standard. Le standard exact mesure en largeur 1,377 pouces, tel que défini dans les années 1910 par la SMPTE, soit 34,975 mm. En 1906,  l’acceptation précoce du 35 mm comme format standard eut un impact énorme sur le développement et la propagation du cinéma. Il permit de montrer les films dans n’importe quel pays du monde.

Mais le format 35 mm s’est avéré très adaptable à diverses technologies. Le format 35 mm est aujourd’hui menacé par la généralisation de supports numériques, mais il est toujours d’actualité dans les pays où la dématérialisation du support rencontre des difficultés financières, voire des impossibilités. Et il bénéficie d’une confiance qui fait qu’en France le dépôt légal des films se fait en argentique. Le Cent-Vues, médaille d’or du Concours Lépine 1910. Histoire du cinéma mondial, des origines à nos jours, Paris, Flammarion, 1968, 719 p. Marie-France Briselance et Jean-Claude Morin, Grammaire du cinéma, Paris, Nouveau Monde, coll. Le format panoramique — avec réduction en hauteur de la fenêtre, et donc avec une perte volontaire de la surface utile — adopta dans les années 1960 le nombre d’or avec un ratio de 1,66.

Comments are closed.