Nietzsche et l’Immoralisme PDF

Nietzsche et l’Immoralisme PDF

Sauter à la navigation Sauter à la recherche Calliclès est un personnage des dialogues de Platon. Il fait partie nietzsche et l’Immoralisme PDF rares interlocuteurs qui tiennent tête à Socrate sans jamais se laisser convaincre. Hostile à la philosophie, défiant envers Socrate et partisan d’une forme d’immoralisme, le personnage semble incarner l’opposition radicale à la pensée de Platon. Il est également célèbre pour le débat concernant son existence historique.


Ce livre est parfaitement mis en page pour une lecture sur Kindle,
Extrait :
Toute la doctrine de Nietzsche repose sur la conception et l’adoration d’une sorte de déité métaphysique qu’il
appelle la puissance. À la volonté de vie que Schopenhauer avait placée au cœur de l’être, il substitue « la
volonté de pouvoir et de domination ». Nous retrouvons, dans cette idée de puissance en déploiement, la vieille
notion romantique dont s’étaient nourris tous les littérateurs depuis Schlegel jusqu’à Victor Hugo, tous les
philosophes depuis Fichte, Schelling et Hegel jusqu’à Schopenhauer. Des forces qui se répandent sans autre but
qu’elles-mêmes ou pour des buts qu’il leur plaît de poser, n’est-ce pas l’idée fondamentale par où le romantisme
s’oppose à l’intellectualisme classique, aux notions d’ordre, de loi, d’harmonie, d’intelligibilité et, en un
seul mot, d’intelligence ? La puissance de l’orage et de la tempête qui tourbillonne sans raison, la puissance
de l’océan qui se soulève sans rien atteindre, la puissance de la montagne…

Le Gorgias est l’unique source dont on dispose concernant Calliclès. En l’absence d’autres sources attestant de son existence, certains ont vu dans Calliclès un personnage fictif, créé de toutes pièces par Platon. L’existence historique du personnage est débattue. Le Gorgias est l’unique témoignage concernant son existence et beaucoup ont vu dans Calliclès une création littéraire. La question de la réalité historique du personnage n’est cependant pas tranchée. La personne de Calliclès n’est mentionnée dans aucun autre texte — qui nous soit parvenu — que le Gorgias.

Les positions extrêmes de Calliclès sur la justice, le bonheur, la morale et la philosophie, en tout point contraires aux thèses défendues par Socrate dans les dialogues de Platon, viennent confirmer la thèse de l’invention. Alcibiade, dont Platon dit qu’il est ami. D’une part le nom en lui-même de Calliclès qui vient du grec ancien  kallistos , superlatif qui signifie  le plus beau . Or Calliclès n’est-il pas infatué de sa personne : jeune, beau et riche. Prétentieux à souhait aussi donc méprisant par la même occasion. Le nom de  Calliclès  deviendrait alors ironique.

D’autre part, la nature des thèses que va défendre Calliclès aurait conduit Platon à créer ce personnage. Ce sont des thèses populaires — le mépris de la Philosophie et des Philosophes, la croyance dans la relation directe entre la force et le droit, le tout mâtiné d’une bonne dose d’hédonisme — qui reviennent fréquemment dans les débats politiques de l’époque, sans être le fait d’un penseur plutôt que d’un autre. Calliclès, avec la fougue de sa jeunesse et la conscience de sa puissance sociale, a l’assurance qui faisait défaut à Polos et même à Gorgias. Rompu sans doute à l’art sophistique, il affronte Socrate d’autant plus aisément que ses assertions, libérées des fioritures de la Philosophie, traduisent des thèmes populaires classiques, donc connus de tous, même inconsciemment, donc de Socrate. Ses thèses s’articulent autour de deux grands thèmes : les lois de la Nature s’imposent à la Cité, et la critique de la Philosophie. Dans la Grèce antique, la Nature exprime d’abord la Divinité. Grecs pensaient que la Nature indiquait la norme de tout ce qui existât, tant en puissance qu’en acte, et c’est ainsi qu’elle devint ce par rapport à quoi il fallait s’orienter pour agir ou penser.

Comments are closed.