Notes et réflexions: Carnets inédits PDF

Notes et réflexions: Carnets inédits PDF

En 1913 il est inscrit à l’unique école de cette ville, après deux années de cours dans une classe réservée aux petits indigènes. En 1930, avec l’aide de notes et réflexions: Carnets inédits PDF parents, il décide d’aller étudier en France. Refusé à l’Institut des langues orientales sans motif apparent, il s’inscrit alors à l’École spéciale de Mécanique et d’Électricité de Sudria.


Toujours en 1936, accompagné de quelques amis, il rencontre la délégation algérienne qui s’était rendue à Paris pour revendiquer, auprès des autorités françaises, les réformes proposées par le Congrès musulman. Devant le succès de son entreprise, les autorités françaises le convoquèrent et lui interdirent de continuer à enseigner dans cet établissement arguant qu’il n’avait pas de diplôme d’enseignant. Dans Dreux occupée, il fut convoqué par les Allemands. Il seconde le responsable technique municipal de la ville, avant d’être licencié quelques mois plus tard. Au chômage, il choisit d’aller travailler en Allemagne au début de l’été 1942. Fin 1943, Bennabi décide de rentrer en France.

Accusés de collaboration avec l’occupant allemand, Bennabi et son épouse sont arrêtés en août 1944 et internés au camp de Pithiviers. Ils seront libérés au printemps 1945. Le couple est arrêté pour la deuxième fois et incarcéré à la prison de Chartres en octobre 1945. L’accusation de collaboration avec l’ennemi nazi est de nouveau retenue contre Bennabi. Dans ses Mémoires, publiés en 1965, Bennabi relate en détail cette partie de sa vie. Depuis la fin de ses études d’ingénieur en 1935, Bennabi est implicitement interdit de travail dans sa branche par l’Administration coloniale et vit de petits boulots et de l’aide de son père. En 1940, dans Dreux occupée par l’armée allemande, il est réquisitionné par les autorités d’occupation dans une ville qu’avait fuie ses édiles.

En 1947, Malek Bennabi publie à Alger Le Phénomène coranique, qu’il voulait une preuve scientifique du caractère divin du Coran et une réfutation des thèses l’attribuant à une œuvre humaine. Malek Bennabi avait publié ses œuvres sous le titre Problèmes de la civilisation car il considérait que les différents problèmes du monde musulman renvoyaient à ce contexte. En 1956, il se rend au Caire, coupant totalement avec la France qu’il ne reverra qu’en 1971. Le seul lien qui le liait à elle était la correspondance qu’il entretenait avec son épouse française qui avait refusé de l’accompagner au Caire. Malek Bennabi perfectionne, durant son séjour au Caire, la langue arabe dans laquelle il commença à écrire et à donner des conférences.

Il visite, à plusieurs reprises, la Syrie et le Liban pour y donner des conférences. Après avoir contacté plusieurs amis et étudiants, il traduit ses œuvres en arabe, langue qu’il adoptera par la suite comme langue de travail. Il démissionne en 1967 pour se consacrer au travail intellectuel, à la réforme et à l’organisation de rencontres intellectuelles qui devinrent plus tard  Séminaires de la Pensée Islamique , que l’Algérie organise chaque année. Il vécut le restant de ses jours en Algérie, où il mourut le 31 octobre 1973. Il est inhumé au cimetière Sidi M’hamed à Alger. Malek Bennabi a à son actif plus d’une vingtaine d’ouvrages traitant de civilisation, de culture, d’idéologie, de problèmes de société ainsi que d’autres sujets tels le phénomène coranique et les raisons de la stagnation de la société musulmane en particulier. Par ses écrits, Malek Bennabi voulait éveiller les consciences musulmanes et relancer une renaissance de la société musulmane.

Comments are closed.