Portraits : acteurs du cinéma français PDF

Portraits : acteurs du cinéma français PDF

Au début des années 1960, Denys Arcand étudie l’histoire à l’Université de Montréal. Il a, entre autres professeurs, Maurice Séguin et Michel Brunet, fondateurs, avec Guy Frégault, de l’École historique de cette université et penseurs du néonationalisme québécois. Portraits : acteurs du cinéma français PDF est le fils d’Horace Arcand et de Colette Bouillé.


Denys Arcand est le conjoint de Denise Robert, productrice spécialisée dans les films grand public. L’œuvre de Denys Arcand est à l’image de la transformation du cinéma québécois. Dans une première période, son travail est composé d’œuvres documentaires fortes et critiques, ainsi que d’un cinéma de fiction profondément ancré dans la réalité socioculturelle du Québec. C’est probablement la période la plus originale de son œuvre. Dans son œuvre de fiction, qui débute avec La Maudite Galette, Arcand semble faire l’intégration graduelle de ses acquis du direct, en plus d’une esthétique classique, évoquant Jean Renoir. Comme beaucoup d’intellectuels de son époque, Arcand attache beaucoup d’importance à la vie intellectuelle européenne.

C’est pourquoi il souffrira amèrement, en 1973, de la mauvaise réception européenne de Réjeanne Padovani à Cannes, réception qui lui parut longtemps comme une injustice. Arcand rejoignait par là aussi le cinéaste Gilles Groulx. Dans une deuxième période, que l’on pourrait appeler américaine, et commençant avec sa déception du résultat du référendum pour la souveraineté du Québec de 1980, Arcand choisit l’émancipation personnelle, et cherche résolument le succès. Pendant cette période il tourne deux films en anglais.

Les jeunes d’aujourd’hui voudront fonder des familles stables. Les pères, généralement, n’ont pas le beau rôle dans la littérature et la dramaturgie québécoise. Ils sont souvent les boucs émissaires de nos écrivains et surtout de nos écrivaines. Absents, velléitaires, pusillanimes, quand ils ne sont pas ivrognes ou violents, je ne reconnais jamais dans ces portraits, mon père, mon grand-père ou mes oncles, des hommes solides, calmes et respectueux. Le père de Robert avait été dans la marine, le mien y est resté toute sa vie.

Comments are closed.