Procédé de planification stratégique : Analyses, options, projets PDF

Procédé de planification stratégique : Analyses, options, projets PDF

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Officier de l’Ordre national du Mérite. Après avoir un procédé de planification stratégique : Analyses, options, projets PDF travaillé au sein du groupe Gallimard, il entre au Groupe Empain où il organise le rachat d’une partie de Schneider dans les années 1960.


Une stratégie claire et efficace est indispensable pour le succès à long terme d’une entreprise. Elle résulte d’une analyse et d’une planification approfondies. Dans la pratique, les procédés de planification stratégique manquent souvent de systématique, et mènent immanquablement à des stratégies lacunaires et confuses. La littérature existante n’offre qu’une aide limitée, les solutions proposées demeurant très théoriques et rarement applicables à la résolution de cas réels. Ce manuel comble cette lacune. Basé sur la longue expérience des auteurs en tant que consultants en stratégie et membres de conseils d’administration, il propose un procédé de planification stratégique pratique et éprouvé. L’exécution d’analyses approfondies, l’élaboration et l’évaluation d’options stratégiques et la définition de projets de mise en oeuvre sont au centre du livre. De nombreux exemples pratiques illustrent le propos. Cette référence constitue une édition entièrement revue de l’ouvrage précédemment paru sous le titre « Planifier la stratégie ». Les praticiens y trouveront les connaissances indispensables à l’élaboration de stratégies, et les étudiants une vue d’ensemble du domaine complexe qu’est la planification stratégique.

Nommé directeur général de Schneider en 1980, Didier Pineau-Valencienne restructure le groupe en appliquant des méthodes managériales acquises chez Rhône-Poulenc : il instaure la stratégie et le contrôle de gestion à son arrivée. Il organise la transformation du groupe en cherchant à l’intégrer ce qui est alors un conglomérat d’entreprises non unifié. Les années 1980 marquent cependant de grandes réussites pour Didier Pineau-Valencienne : l’intégration, ainsi que la mise en place des méthodes comptables et stratégiques permettent au groupe de se réorienter dans les domaines électriques et de devenir progressivement l’un des leaders mondiaux. Les deux OPA hostiles avec Télémécanique, et avec Square D, une société américaine sont des réussites. Outre la direction de Schneider, Didier Pineau-Valencienne soutient la création de l’euro, et d’une zone de libre échange.

Il rend deux rapports à la demande de ministre de l’éducation Jack Lang en 1993 et François Bayrou en 1996. Dans ces rapports, il prône le développement de l’apprentissage, et l’intégration des entreprises au sein des parcours universitaires. De leur union naît Didier Pineau-Valencienne. Bien qu’il ne soit pas le meilleur élève, DPV se montre très organisé : il note tous les évènements importants de sa journée sur un carnet. La Seconde Guerre mondiale éclate alors qu’il n’est âgé que de huit ans. Après la Seconde Guerre mondiale, son père le pousse vers les études commerciales. Didier Pineau-Valencienne y découvre l’intérêt pour les arts et les lettres.

DPV part outre-Atlantique afin de devenir élève de la Tuck School of Business à Dartmouth College, aux États-Unis. Il y apprend les méthodes novatrices des « cas d’école ». Il introduit cette méthode à HEC, pendant une semaine par an et pendant près de dix ans. De retour des États-Unis, Gaston Gallimard, ami de son grand-oncle Gaston Thubé, lui propose un poste au sein des éditions Gallimard, propriétaire de la célèbre bibliothèque de la Pléiade. Par ailleurs il travaille à la traduction et à la diffusion à l’étranger de l’ouvrage La Chute d’Albert Camus. Il rencontre dans le même temps René Char dont ses écrits le passionnent.

Comments are closed.