Saint-Denis, chronique d’architectures PDF

Saint-Denis, chronique d’architectures PDF

L’abbaye de Saint-Ouen fut l’un des monastères bénédictins les plus puissants de Normandie, fondé en 750 sous le vocable de Saint-Pierre. Cette première abbaye fut ensuite ravagée par les Vikings en 841. Saint-Denis, chronique d’architectures PDF de Charles le Chauve en faveur de l’abbaye, in Nouveau traité de diplomatique.


Sous ses ordres, l’abbaye suit la règle bénédictine. Il a également entrepris la restauration des bâtiments monastiques. Saint-Ouen dispose du prieuré anglais de Mersea, également situé en Essex. Le corps de saint Ouen et les autres reliques y sont transférées le 26 octobre. Le chœur suivait le plan bénédictin.

Il reste de l’abbatiale romane une absidiole à deux étages appelée la tour aux Clercs. Les travaux de l’église abbatiale gothique actuelle commencèrent en 1318, sous la direction de l’abbé de Saint-Ouen, Jean Roussel dit abbé Marc d’Argent, après l’effondrement du chœur roman, mais ils furent ralentis par la guerre de Cent Ans. La pierre tombale située dans la chapelle Sainte-Agnès de l’abbatiale indique dans son épitaphe que maître Alexandre de Berneval, maître d’œuvre en maçonnerie, est l’auteur de cette église et qu’il est mort le 5 janvier 1440. Plan de l’abbaye par Magin Lainé, ingénieur du roi à Fécamp en 1711. Une campagne de reconstruction des bâtiments conventuels fut entreprise.

Le logis abbatial est démoli en 1816. L’église elle-même, après avoir abrité une fabrique au moment de la Révolution française, puis été rendue au culte catholique mais sans devenir église paroissiale, sert aujourd’hui de lieu d’expositions et de concerts. On peut voir leur base au sol. Elle est construite en pierre calcaire des carrières de Saint-Leu et de Saint-Maximin. Le portail est constitué de trois porches, dont les pieds-droits accueillent des statues, réalisations de Victor Vilain. Le portail central, composé du Christ sur le pilier central de la grande porte, est entouré des apôtres.

Toutefois, Matthias est remplacé par saint Paul. On entre dans l’édifice par le portail des Marmousets qui ferme le bras sud du transept. Les nervures de la voûte retombent sur deux grandes clefs pendantes. Le tympan est dédié à la Vierge Marie.

Comments are closed.