Sainte Thérèse d’Avila mystique PDF

Sainte Thérèse d’Avila mystique PDF

La loi du Seigneur sainte Thérèse d’Avila mystique PDF parfaite, qui redonne vie. La parole du Seigneur est sûre, qui donne la sagesse aux simples.


En 1253, elle eut la lourde tâche de succéder à sainte Claire comme abbesse du couvent Saint-Damien. Heureux les hommes intègres dans leurs voiesqui marchent suivant la loi du Seigneur ! 1re semaine de Carême Antienne d’ouverture La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie. La réforme qu’elle impulse dans l’Ordre du Carmel espagnol entraîne quelques années après sa mort la création d’une branche autonome au niveau de l’ordre : l’Ordre des Carmes déchaux. Thérèse est canonisée en 1622, sa fête liturgique est fixée le 15 octobre.

Elle est l’auteur de nombreux ouvrages tant biographiques que didactiques ou poétiques. Ceux-ci sont régulièrement réédités dans le monde entier. Elle est encore aujourd’hui le sujet de nombreuses publications. Après sa mort, le corps de Thérèse, incorrompu, est exhumé plusieurs fois. Très vite, sa dépouille se trouve être une relique disputée entre les couvents d’Ávila, son lieu de naissance, et d’Alba de Tormes, son lieu de décès.

Son père est Alonso Sánchez de Cepeda. Devenu veuf, il se remarie avec Beatriz Dávila y Ahumada apparentée avec sa première épouse. Beatriz lui donne huit fils et deux filles : Hernando, Rodrigo, Teresa, Juan, Lorenzo, Pedro, Jerónimo, Antonio, Agustín et Juana. L’idéal pieux et l’exemple édifiant de la vie des saints et martyrs lui sont transmis dès son enfance par ses parents, le chevalier Alonso Sánchez de Cepeda et Beatriz Dávila y Ahumada. Thérèse montre dès sa tendre enfance une nature passionnée et une imagination fertile. Statue de marbre blanc, posée dans une cour, représentant une religieuse assise.

Thérèse écrit :  Je faisais l’aumône comme je pouvais, et je pouvais peu. En 1527, à l’âge de douze ans, Thérèse perd sa mère. Pendant trois mois, et avec la complicité des domestiques, elle succombe aux passe-temps des agréables compagnies, faisant ainsi courir un danger à elle-même et à l’honneur de son père et de ses frères. Elle prend également goût pour les parures avec le désir de plaire.

Comments are closed.