Se battre pour ses idées : La violence militante en France des années 1920 aux années 1970 PDF

Se battre pour ses idées : La violence militante en France des années 1920 aux années 1970 PDF

Ensuite, ce site est effectivement une invitation à venir partager quelques unes de mes passions : la Corse, sa culture, ses artistes, et en premier lieu le chant polyphonique. Quelques livres, sur la Corse comme sur d’autres sujets, et mes films se battre pour ses idées : La violence militante en France des années 1920 aux années 1970 PDF, y trouvent également leur place, ainsi que des carnets de voyage, sans oublier des liens avec des sites amis.


Même si on excepte l’Occupation, l’histoire de France au XXe siècle reste jalonnée d’épisodes de violence militante parfois spectaculaires qui ont pu avoir de lourdes répercussions sur la vie politique nationale : émeute du 6 février 1934, grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948, manifestation Ridgway de 1952, « journée des tomates » du 6 février 1956, soulèvement du 13 mai 1958, massacre de Charonne en 1962 et bien entendu barricades de mai 68. Même si cette tension n’atteint pas les pics révolutionnaires du siècle précédent (du Printemps des Peuples à la Commune), elle est remarquable par son ampleur, sa fréquence et son intensité. Ligueurs des années 30, communistes et gaullistes de la Guerre froide, poujadistes, nationalistes OAS puis gauchistes, beaucoup se sont « battus pour leurs idées » au sens propre de l’expression, c’est-à-dire à coup de poings, de cannes-épées et de matraques, voir de grenades et de revolvers. Le terme « militant » n’est-il d’ailleurs pas issu du vocable latin « milites » qui renvoie au soldat ? La politique semble bien parfois être le prolongement de la guerre par d’autres moyens… Pour autant, en France, si la violence constitue un objet d’étude déjà bien défriché par les politologues, le thème est encore peu exploré en histoire politique. D’où l’intérêt de cet ouvrage collectif qui fait le point sur ce sujet passionnant au travers d’études de cas originales. L’enquête aborde tous les acteurs de cette violence (militants, service d’ordre, policiers) et pose la question des raisons et origines d’un tel niveau de radicalité (modèle révolutionnaire hérité, brutalisation des sociétés par la violence de guerre, influence d’un cadre de propagande archaïque et accidentogène). On y découvre que ce phénomène a été non seulement plus important et persistant qu’on le pense (débordant les seules formations extrémistes) mais qu’il a été aussi longtemps valorisé par les états-majors de parti et l’opinion considérant la violence comme la forme ultime de l’engagement et de la conviction politique. Il est certain que le lent reflux de cette tension autant physique que verbale, entre les années 1920 et les années 1970, constitue une des formes de la modernisation de la vie politique française.

Pour cela vous pouvez soit laisser un commentaire sur le livre d’or, soit m’écrire directement à mon adresse mail. Comment naviguer dans le site ? Toutes les explications pour bien naviguer sur l-invitu se trouvent sur la page « Plan » du site. A Filetta, et son contenu ne saurait en aucun cas engager le groupe. Pour joindre directement A Filetta :     contact. La page Cette page est dédiée aux auteurs et ouvrages corses et aussi aux livres sur la Corse. S’agissant des livres sur la randonnée en Corse, je renvoie à l’excellent site de Carole Racines corses qui cite un grand nombre d’ouvrages.

Je me bornerai à y ajouter quelques compléments personnels. Une page spécifique est dédiée à la littérature italienne dont je suis un lecteur passionné. Une autre page regroupe les livres et auteurs du bassin méditerranéen, à commencer par Jean-Claude Izzo. Les soixante-treize chants présentés ici ont été recueillis en Corse par Felix Quilici au cours d’une vaste campagne de collecte réalisée dans les années 1960.

De tradition orale, ces chants sont, pour plus de la moitié d’entre eux, publiés ici pour la première fois. Ils témoignent de la vie quotidienne et spirituelle de l’île, comme d’une vive inspiration collective et individuelle. Ainsi nous sont transmis de beaux récits de vies et une littérature poétique et riche. Musicien classique de formation, Félix Quilici fut l’un des pionniers de l’ethnomusicologie en France. Ghjuvanteramu Rocchi, l’un des grands poètes corses, a été le précurseur de l’enseignement de la langue corse.

Les éditions  Scudo , animées par Jean-Jacques Colonna d’Istria, publient « Corses de la Diaspora », un ouvrage coordonné par Jean-Pierre Castellani avec le docteur Edmond Simeoni. Le livre sera disponible autour du 24 octobre. Pour la parution de son livre « À son image » aux éditions Actes Sud. Dans ce roman, consacré à une photographe décédée, l’écrivain aborde le nationalisme corse, la violence des conflits contemporains et les liens troubles entre l’image, la photographie, le réel et la mort. Dans ce roman c’est un prêtre qui parle  et qui cherche une messe impossible à prononcer, une messe à l’image de sa nièce, morte accidentellement, et qui avait pour passion la photographie.

J’ai mis beaucoup de temps à penser au roman avant de commencer à l’écrire. J’écris toujours des romans où il y a plusieurs fils narratifs, donc les questions de structures et d’agencements sont essentielles : je suis incapable de partir au fil de la plume à cause de la nature des textes que je fais. J’ai toujours eu l’impression que dans les moments de deuil, on peut considérer le défunt comme quelqu’un qui est revenu à la radicale faiblesse de l’enfance, quel que soit son âge. La facilité de l’exercice de la violence, et comment traiter cette violence dans la représentation, c’est quelque chose que je n’arrive pas à épuiser. Je m’intéresse aux instants décisifs visibles, il y en a plusieurs dans le roman, et je m’intéresse encore plus aux moments décisifs absolument invisibles, qui sont pour moi la charnière à partir de laquelle tout se met à toute vitesse à tourner très mal.

Je ne voulais pas mettre d’images, parce qu’un roman ça se fait uniquement avec les ressources du langage. Les possibilités de falsification sont nombreuses, les possibilités de justesse sont moins nombreuses et bien plus compliquées à trouver. Entretien avec l’écrivain et professeur de philosophie Jérôme. Conversation sur la littérature, la photographie et l’indépendantisme corse. Loin des clichés, la Corse présente une réalité plurielle et complexe.

Comments are closed.