Théorie De La Monnaie PDF

Théorie De La Monnaie PDF

En pratique : Quelles sources théorie De La Monnaie PDF attendues ? Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En sciences économiques, la théorie quantitative de la monnaie est une théorie économique fondée sur la relation de causalité entre la quantité de monnaie en circulation et le niveau général des prix.


This book was originally published prior to 1923, and represents a reproduction of an important historical work, maintaining the same format as the original work. While some publishers have opted to apply OCR (optical character recognition) technology to the process, we believe this leads to sub-optimal results (frequent typographical errors, strange characters and confusing formatting) and does not adequately preserve the historical character of the original artifact. We believe this work is culturally important in its original archival form. While we strive to adequately clean and digitally enhance the original work, there are occasionally instances where imperfections such as blurred or missing pages, poor pictures or errant marks may have been introduced due to either the quality of the original work or the scanning process itself. Despite these occasional imperfections, we have brought it back into print as part of our ongoing global book preservation commitment, providing customers with access to the best possible historical reprints. We appreciate your understanding of these occasional imperfections, and sincerely hope you enjoy seeing the book in a format as close as possible to that intended by the original publisher.

Elle a été reformulée par les théories monétaristes au cours des années 1970, dans une version restrictive, pour attaquer les théories keynésiennes. Les théories monétaires s’opposent sur le rôle de la monnaie dans l’économie. La seule vraie monnaie est la monnaie métallique. La théorie quantitative de la monnaie de Jean Bodin étendue par David Ricardo devient officielle et la seule enseignée. Ce n’est que chez Walras que la monnaie disparaît complètement du raisonnement économique. Cette doctrine atteint son apogée entre 1873 et 1913 avec la généralisation de l’étalon-or partout en Occident et l’achèvement du mouvement d’établissement des banques centrales avec la création du système de réserve fédéral américain en 1913.

Avant que la guerre de 1914 puis la crise de 1929 remettent en cause cette orthodoxie, divers auteurs en contestent l’essentiel. Par exemple, selon Malthus une hausse de la circulation monétaire est favorable à l’activité et à l’emploi. La démonétisation de l’argent au profit exclusif de l’or conduit à de très nombreuses protestations politiques ou théoriques fondées essentiellement sur l’affirmation que la réduction de la quantité de monnaie est néfaste aux affaires. L’abondance monétaire est mieux assurée avec deux métaux. Milton Friedman, bien plus tard, donnera sa caution à cette thèse dans son livre Money Mischief.

Comments are closed.