Un Mois Chez Marcel Jouhandeau (cherche Midi) PDF

Un Mois Chez Marcel Jouhandeau (cherche Midi) PDF

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Marcel Jouhandeau dans les années 1930. Né un Mois Chez Marcel Jouhandeau (cherche Midi) PDF’un père boucher dans une famille commerçante de Guéret, Marcel Henri Jouhandeau est élevé jusqu’à l’âge de neuf ans par sa tante Alexandrine.


1908, il prend conscience de son homosexualité latente. Cette même année il part pour Paris, étudie quelques mois au lycée Henri-IV, puis à la faculté des lettres. Il écrit alors ses premiers contes. Son homosexualité entre dès lors en conflit avec sa foi catholique et, toute sa vie, il oscillera entre la célébration du corps masculin et le vécu mortifère de sa sexualité au point qu’en février 1914, dans un élan mystique, il brûle tous ses manuscrits et tente de se suicider.

Durant la Première Guerre mondiale, il est versé dans le service auxiliaire et affecté à l’arrière comme secrétaire à Guéret. Il publie La Jeunesse de Théophile en 1921 et, en 1924, Les Pincengrain. Ces textes déclenchent une vive animosité des Guérétois à son égard. Il se marie à quarante ans, le 4 juin 1929, à Paris, avec une ancienne danseuse, Élisabeth Toulemont, dite Caryathis, Élise dans son œuvre. Amie de Jean Cocteau et de Max Jacob, elle avait été la maîtresse de Charles Dullin. Les Jouhandeau habitent à Paris près de la porte Maillot.

Vers 1949, les Jouhandeau recueillent une fillette, Céline. Roger Peyrefitte le décrivit plusieurs fois dans ses romans sous le pseudonyme transparent de Marcel Jouvenceau. Ce couple infernal occupe une place importante dans l’œuvre. Atteint de cécité, Jouhandeau cesse d’écrire en 1974. Il consacre ses dernières années à son petit-fils Marc et s’éteint d’un cancer de l’estomac en 1979 à Rueil-Malmaison, son domicile depuis 1960. Deux livres de Marcel Jouhandeau, Éléments pour une éthique et Éloge de l’imprudence, ont été réédités par les éditions Noé en 2006.

Les Instantanés de la mémoire – Journaliers t. Que tout n’est qu’allusion – Journaliers t. Le Bien du mal – Journaliers t. Que la vie est une fête – Journaliers t. Que l’amour est un – Journaliers t. Le Gourdin d’Élise – Journaliers t. La Vertu dépaysée – Journaliers t.

Confrontation avec la poussière – Journaliers t. Aux cent actes divers – Journaliers t. Paulo minus ab angelis – Journaliers t. Un second soleil – Journaliers t. Jeux de miroirs – Journaliers t.

Orfèvre et Sorcier – Journaliers t. Souffrir et être méprisé – Journaliers t. Une gifle de bonheur – Journaliers t. La Mort d’Élise – Journaliers t. Du singulier à l’éternel – Journaliers t.

Comments are closed.