Vaccins PDF

Vaccins PDF

C’est une grande chance pour tous les francophones que cette vidéo du Dr Wakefield ait été vaccins PDF sous-titrée en français après toutes ces années et ces calomnies sur le Dr Wakefield, il était grand temps de faire place nette à la vérité car les fraudeurs ne sont pas là où l’establishment veut vous le faire croire! Andrew Wakefield répond aux accusations qui lui sont adressées.


L’observation de très fréquentes complications infectieuses post-vaccinales chez les enfants, parfois mortelles, furent l’origine des interrogations de l’auteur sur l’efficacité et l’innocuité vaccinales. C’est la pratique de l’homéopathie uniciste qui lui a fait prendre conscience de la primauté du terrain individuel sur le microbe, ce dernier étant déclaré pathogène par pur dogmatisme et non par démarche scientifique.Ce livre met un terme au dogme qu’implique l’obligation vaccinale : le syndrome d’immunodéficience congénitale généralisée et imposée à tous.L’évolution du symbole du caducée montre clairement l’évolution de l’éthique médicale au cours des siècles. Le passage de la verticalité à l’horizontalité et la suppression des attributs transcendantaux de l’homme nous permettent de mieux comprendre que la Médecine moderne ne soigne plus des Êtres Humains mais de simples Créatures réduites à l’état d’Objet.

J’ai commencé à pratiquer comme chirurgien avec un intérêt particulier pour les maladies inflammatoires des intestins. Le 17 Mai 1995, cette date est imprimée dans mon cerveau, une mère m’a appelé et m’a dit: « Mon enfant se développait de façon parfaitement normale, ensuite il a eu le vaccin ROR, et il a ensuite régressé vers l’autisme. J’ai dit: « Je suis gastroentérologue, comment puis-je vous aider? Le lien entre le syndrome que nous avons observé et le vaccin ROR est venu des témoignages de parents. Les parents disaient : « Je n’étais pas anti-vaccin. J’ai emmené mon enfant pour faire le vaccin ROR au moment indiqué.

Pour étudier les maladies humaines, les syndromes, que ce soit l’autisme, la maladie de Crohn ou d’Asperger, cela commence toujours par un regroupement de plusieurs patients, parfois pas plus de quatre, parfois quinze, qui présentent des symptômes similaires. Leurs résultats cliniques sont si semblables qu’ils méritent de faire l’objet d’un article. Vous pouvez vous poser la question : « Oui, mais tous les enfants vaccinés avec le ROR ne deviennent pas autistes, alors quel est le risque ? Pourquoi ces enfants-ci et pas d’autres ? Une de nos hypothèses était l’âge auquel l’enfant avait été vacciné. Maintenant, à ce stade, en tant que chercheur, j’avais examiné en détail les études de sécurité du ROR.

J’ai été très, très inquiet par le fait que ces études étaient totalement inappropriées. En d’autres termes, les études de sécurité des vaccins monovalents étaient meilleures. Par exemple, imaginons que je sois allé à la FDA et que j’ai alors trois médicaments contre la tension artérielle, et que je dise : « J’ai ces trois médicaments. Ils rejetteraient ma demande et, à juste titre. Ils diraient : « Revenez quand vous aurez fait une étude comparative de chaque médicament en combinaison avec l’autre, et comparez-les avec le médicament isolé pour les effets secondaires, et aussi pour les effets indésirables». Cela aurait dû être fait avec le vaccin ROR et cela ne l’a pas été. L’étude du Lancet elle-même est née de l’observation de plusieurs enfants dans la même situation.

Développement normal, régression, et diagnostic d’un trouble du spectre autistique, ainsi que des symptômes gastro-intestinaux et une inflammation de l’intestin. Voici les douze premiers enfants que nous avons vus. Voici ce que nous avons trouvé. Cela indique l’émergence d’un nouveau syndrome de maladie humaine. Dans la plupart des cas, les parents expliquaient que la régression était survenue après le vaccin ROR. C’est maintenant à l’étude comme hypothèse.

D’autres études devraient être menées pour élucider si oui ou non cela est vrai. Ceci a été publié en tant que dossier d’étude dans le Lancet en février 1998. Une conférence de presse a été tenue à la requête du doyen de l’école de médecine. Les résultats y ont été expliqués. Au Royaume-Uni, un procès a donc été lancé, par les familles , contre les fabricants du vaccin. J’ai été impliqué dans ce procès ainsi que les patients de l’étude du Lancet.

Dès qu’ils avaient été diagnostiqués et qu’ils étaient convaincus que c’était bien ce qui s’était passé, ils se sont joints à la procédure. Il a été prétendu que l’étude avait été faite uniquement pour servir le procès et qu’elle avait été financée par les avocats. Ce n’était tout simplement pas le cas. Une des accusations portées à mon encontre était que j’avais agi au nom des avocats, et que j’avais été payé par eux pour réaliser l’étude du Lancet.

En fait, j’étais payé par un programme d’Etat de compensation pour agir en tant qu’expert médical. Cela n’avait rien à voir avec l’étude du Lancet qui avait été financée par le Service National de Santé. C’est dès lors qu’il y a eu cette menace de procès juridique, qu’ils s’en sont pris très durement à moi. Ce qui s’est passé, c’est qu’il y avait un journaliste qui s’appelle Brian Deer, un journaliste indépendant travaillant pour News International, Rupert Murdoch, qui m’a attaqué et a inventé une histoire, une fable si fantastique de ce « médecin diabolique vivant dans un manoir et nuisant aux enfants du monde » dans le but de s’enrichir et de devenir un héros dans l’histoire de la médecine. Nous discréditons cet homme, on l’isole de ses collègues, nous détruisons sa carrière, et ensuite on dira aux autres médecins qui peuvent oser s’en mêler « c’est ce qui va vous arriver ». Andy, je sais que c’est vrai. In fine, la stratégie a eu l’effet escompté.

Ai-je la sensation d’avoir été la victime d’un coup monté par l’industrie pharmaceutique? Oui, je pense que c’était le cas. Il y avait en fait 13 auteurs. Beaucoup d’entre eux figuraient parmi les chercheurs les plus éminents de leur domaine. Ils m’ont choisi parce que j’agissais dans le procès comme expert contre les fabricants. Je pense que c’est parce que j’avais pris cette position franche qu’ils s’en sont pris à moi en particulier. Une autre accusation est que j’étais dans ma caverne à créer secrètement un vaccin monovalent, un concurrent au ROR et qui le battrait sur le marché en le discréditant et puis je lancerais mon propre vaccin sur le marché.

Comments are closed.