Vers la paix des civilisations : Le retour de la spiritualité PDF

Vers la paix des civilisations : Le retour de la spiritualité PDF

Please forward this error screen to cloud1. Le pape François a confié à la bibliste française Anne-Marie Pelletier l’écriture des méditations du Vers la paix des civilisations : Le retour de la spiritualité PDF de croix auquel il participera. Il aura lieu vendredi saint, 14 avril 2017, à Rome.


Le conflit des civilisations est une chimère, l’humanité avance vers la paix des civilisations ! Judaïsme, christianisme, islam, hindouisme, taoïsme, confucianisme, certaines mythologies aussi, convergent avec la Raison éclairée pour dire la nécessité de défendre l’homme dans sa diversité. Car, nous dit le philosophe Yves Roucaute, si l’humanité a souffert et souffre encore, ce n’est pas d’un excès de spiritualité, mais bien de son manque, qui laisse place au mercantilisme, au relativisme, à l’intolérance, au matérialisme vulgaire et au communautarisme étroit. Lorsque aucune solution ne peut réconcilier les peuples, l’homme spirituel, qu’il soit religieux ou laïc, défend la seule guerre juste, la guerre humanitaire. Mais punir les injustices ne suffit jamais à établir une  » paix durable « , la  » paix d’humanité « . Que de traités de Versailles qui, au lieu de paix, distillèrent chez les battus ressentiment, haine et soif de vengeance ! L’homme doit aller au-delà de la compassion, au-delà du pardon même, pour adopter cette morale de la miséricorde qui permit de construire la paix en Europe, et qui permettra, demain, la paix durable au Moyen-Orient et sur le globe. En recomposant une chaîne, sans cesse brisée et offensée, de l’humanisme et de la spiritualité, Yves Roucaute retrouve aussi ce qui fit la grandeur de la philosophie française. Regrettant que l’Europe ne soit pas encore en mesure d’être la Sparte d’aujourd’hui et que la France vive dans l’oubli de sa propre culture, il nous rappelle ces temps de l’hégémonie de la civilisation française, qui laïcisa la miséricorde par la théorie de la générosité issue de Descartes. Avons-nous oublié que cet esprit universel porta son idéal de liberté, d’égalité et de fraternité en Europe, puis sur l’ensemble du globe, par ses La Fayette, ses instituteurs, ses french doctors ? Pour Yves Roucaute, seul cet esprit français est apte à donner les clefs universelles d’une paix durable, car il est l’esprit même de l’Histoire.

Le chemin de Jésus sur les routes poudreuses de Galilée et de Judée, à la rencontre des corps et des cœurs en souffrance, pressé par l’urgence d’annoncer le Royaume, ce chemin s’arrête ici, aujourd’hui. Aujourd’hui la croix barre le chemin. L’amour de Dieu reçoit ici sa pleine mesure, sans mesure. Aujourd’hui l’amour du Père, qui veut que, par le Fils, tous les hommes soient sauvés, va jusqu’au bout, là où nous n’avons plus de mots, où nous perdons pied, où notre piété est débordée par l’excès des pensées de Dieu. Car, au Golgotha, contre toutes les apparences, il s’agit de vie. Il s’agit, non pas du règne du mal que nous connaissons trop, mais de la victoire de l’amour. Et, à l’aplomb de la même croix, il s’agit de notre monde, avec toutes ses chutes et ses douleurs, ses appels et ses révoltes, tout ce qui crie vers Dieu, aujourd’hui, depuis les terres de misère ou de guerre, dans les foyers déchirés, les prisons, sur les embarcations surchargées de migrants.

Tant de larmes, tant de misère dans la coupe que le Fils boit pour nous. Tant de larmes, tant de misère qui ne sont pas perdues dans l’océan du temps, mais recueillies par lui, pour être transfigurées dans la mystérieuse alchimie d’un amour où le mal est englouti. C’est bien de la fidélité invincible de Dieu à notre humanité qu’il s’agit au Golgotha. C’est une naissance qui s’y opère !

Il nous faut oser dire que la joie de l’Évangile, Evangelii gaudium, est la vérité de cet instant ! Si notre regard ne rejoint pas cette vérité, alors nous restons prisonniers de rets de la souffrance et de la mort. Et nous rendons vaine la Passion du Christ. Et comment t’accompagner si loin ?

Mais ce nom est une folie. Qu’éclatent les vieilles outres de nos cœurs. Guéris notre regard pour qu’il s’illumine de la Bonne nouvelle de l’Évangile, à l’heure où nous nous tenons au pied de la Croix de ton Fils. Et nous pourrons célébrer la longueur, la largeur, la hauteur , le cœur consolé et ébloui.

Comments are closed.