En ligne LETTRES A UNE PROVINCIALE et autres articles parus dans l'hebdomadaire "JE SUIS PARTOUT" (80 articles rédigés en 1936/1937) pdf ebook

En ligne LETTRES A UNE PROVINCIALE et autres articles parus dans l'hebdomadaire "JE SUIS PARTOUT" (80 articles rédigés en 1936/1937) pdf ebook

En ligne LETTRES A UNE PROVINCIALE et autres articles parus dans l'hebdomadaire "JE SUIS PARTOUT" (80 articles rédigés en 1936/1937) pdf ebook

  • ISBN: B01A5YYR3Q
  • Author:
  • Langues: Français
  • Évaluation: 4.5/5 (Votes: 2476)
  • Broché: 320 des pages
  • Disponibilité: En stock
  • Télécharger les formats: PDF, EPUB, KINDLE, FB2, AUDIBLE, MOBI et d'autres

Description du produit

Écrivain, journaliste, et critique de cinéma français, Robert Brasillach, est né le 31 mars 1909 à Perpignan.
Outre ses activités littéraires, il est également connu pour son engagement politique à l'extrême droite : formé à l'Action Française, il évolue vers le fascisme dans les années 1930 (tout en continuant d'écrire dans L'Action française), et devient collaborationniste pendant la Seconde Guerre mondiale.
Sous l’Occupation, il est rédacteur en chef de l’hebdomadaire, "Je suis partout", principal journal collaborationniste et antisémite français sous l'occupation nazie. Il y laissera transparaître sa haine des Juifs, du Front populaire, de la République, et, sous l'Occupation, son admiration du IIIe Reich.
Cet hebdomadaire, qui exerce une attraction assez importante sur un lectorat plutôt jeune et intellectuel, voit son audience augmenter sous l'Occupation. Il multiplie les polémiques et les appels au meurtre contre les Juifs et les hommes politiques de la IIIe République. Ainsi, dans l'édition du 6 septembre 1941 Robert Brasillach écrit-il que «La mort des hommes à qui nous devons tant de deuils […] tous les Français la demandent.» Et dans celle du 25 septembre 1942 : «Il faut se séparer des Juifs en bloc et ne pas garder les petits.»
Durant l’épuration, il est condamné à mort pour intelligence avec l’ennemi.
Une demande de grâce sera signée par 63 écrivains de l'époque, de droite comme de gauche, dont Paul Valéry, Paul Claudel, François Mauriac, Albert Camus, André Malraux, Marcel Aymé, Jean Cocteau, Colette, Arthur Honegger, entre autres….
La grâce est refusée par le Général de Gaulle, et Brasillach est fusillé le 6 février 1945 au fort de Montrouge, à Arcueil.
Dans les textes présentés dans cette édition, Robert Brasillach se livre à un éreintage en règle des intellectuels antifascistes de son temps, concluant qu’il est bien dommage que les écrivains ne perçoivent pas la vérité de mot de Malherbe, qui est que, pour l’État, ils n’ont pas plus de valeur qu’un « joueur de quilles ».

Cet ensemble de 80 textes (rédigés au cours des années 1936 et 1937) ont servi à Brasillach à alimenter ses articles dans l’hebdomadaire «Je suis partout» et notamment le feuilleton «Lettres à un Provinciales», où Brasillach prend le prétexte, fictif, de renseigner une jeune fille de la Province sur les événements politiques et culturels du Paris de l’époque, pour exposer ses idées.

Note de l’éditeur : Cet ouvrage peut être lu sur tout type de liseuse, PC, tablette, I Pad, I Phone ou smartphone. Sa table des matières dynamique vous permet de naviguer par simple clic d’article à article, pour votre plus grand confort de lecture.